Quartier Rives de Meurthe

Traversées par deux bras d’eau, chargées des souvenirs d’un passé industriel faste, les Rives de Meurthe vivent une transformation profonde depuis les années 1990, avec l’arrivée de nouveaux logements, de zones d’activités économiques, d’équipements culturels, universitaires et ludiques. Un lieu de renaissance urbaine à découvrir et à vivre en vélo, au bord de l’eau.

Un peu d'histoire

Ce n’est qu’au XIIIème siècle qu’apparaissent sur ce secteur, entre remparts et rivière, quelques tanneries et moulins. Elles seront reliées à Nancy à la fin du XVème, avec la création du premier franchissement en pierres en 1499. 

C’est au siècle des Lumières que débute réellement le développement de cette partie Est de l’agglomération, avec la réalisation de l’axe Est/Ouest par Emmanuel Héré, le célèbre architecte de la place Stanislas. L’extension orientale de la cité prend appui sur cet axe majeur (aujourd’hui appelée route de Château Salins), qui constitue l’armature centrale de ces nouveaux quartiers. 

À partir du XIXème siècle, on assiste à la naissance de la nouvelle périphérie de Nancy, à travers le développement linéaire du bâti le long de toutes les principales voies d’accès. Commerçants, artisans, maraîchers, s’installent alors le long des faubourgs. 

La grande évolution urbaine intervient dans la deuxième moitié du XIXème siècle, avec la seconde révolution industrielle, la réalisation de grandes infrastructures (la ligne de chemin de fer de Paris à Nancy en 1845 et la construction du canal de la Marne au Rhin de 1838 à 1852) et l’arrivée de la bourgeoisie industrielle d’Alsace-Moselle. 

Des milliers d’« optants », personnes désirant garder la nationalité française, rejoignent en effet Nancy, fuyant les territoires occupés alors par l’Allemagne après la guerre de 1870. De nombreuses et nouvelles industries s’implantent à l’Est, investissant un espace entre le mur d’octroi et la Meurthe, secteur enfin assaini par la construction du canal. Les industriels obtinrent en 1876 une desserte par voie de chemin de fer entre Champigneulles et Jarville. 

En 1912, les nouveaux abattoirs sont transférés sur le boulevard d’Austrasie, le long d’une nouvelle artère reliant la gare Saint Georges au pont de Tomblaine (1906). La plupart des bâtiments qui sont parvenus jusqu’à nous ont été édifiés en 1912, constitués de structures métalliques, architecture moderne et innovante, rationnelle et économique en ce début du XXème siècle. Ce marché devient rapidement l’un des plus importants marchés aux bestiaux du grand Est. 

C’est après la Seconde Guerre Mondiale que le déclin s’amorce. Il sera surtout ressenti durant les années 1960 et 1970. D’un quartier considéré comme le plus vivant de l’agglomération de par ses activités multiples et prospères au début du XXème siècle, Meurthe Canal tombe dans la spirale du déclin en l’espace de quelques années (entre 1970 et 1985) pour aboutir à un quartier dépeuplé et parsemé de friches. 

Sa renaissance démarre dans les années 90, avec la création d’une ZAC « Stanislas-Meurthe » en 1993. Etendue en 1997, elle est rebaptisée en 2003 « Rives de Meurthe », traduisant la volonté d’ouverture de la ville vers une rivière enfin maîtrisée. 

Cette réconciliation avec la Meurthe a permis d’engager une transformation profonde du quartier. Emblématique du renouveau de Nancy, les Rives de Meurthe sont un espace de reconstruction de la ville sur elle-même, le long des rives de la rivière et du canal.

Le quartier aujourd'hui

Se promener ici, c’est d’abord embrasser l’histoire de Nancy. 

Le paysage des Rives de Meurthe rappelle en effet l’extension ancienne des faubourgs, la nécessité de franchir la rivière avec la multiplication des ponts, la force de l’activité artisanale et industrielle, avec ces grandes parcelles autrefois dédiées aux usines et entrepôts, et aujourd’hui les nouveaux îlots résidentiels. 

En marchant, on comprend que le développement du quartier s’est fait vite, au moment de la poussée urbaine après 1870, sans plan d’ensemble préétabli. Il en résulte une urbanisation spontanée et incontrôlée, très différente des quartiers plus anciens du cœur de la ville. 

La grande qualité de ce quartier est sans doute ses berges aménagées, le long de la rivière, du canal, du bras vert. Il est aussi jalonné de bâtiments remarquables hérités de l’époque industrielle (Les Grands Moulins Vilgrain, La Villa Alsacienne, les usines Alstom, Grande Halle), lesquels côtoient désormais l'architecture contemporaine, très présente (École d'Architecture, ENSGSI, Pole Nautique, L'Autre Canal...). 

Des espaces de vie très diverses

Au quotidien, les Rives de Meurthe rassemblent des espaces de vie très diverses. Le nord et le sud sont des entrées d’agglomérations, avec des fonctions économiques et résidentielles. Le centre, de son côté, est à deux pas seulement de la place Stanislas.  

Les habitants bénéficient d’un tissu d’équipements publics qui s’étoffe progressivement : une crèche familiale de la ville de Nancy, 2 écoles maternelles, 1 école primaire, un grand pôle universitaire (INSET, écoles d’ingénieurs, école d’architecture, CFA hôtelier, formations optique et paramédicales), 2 MJC (Bazin et Trois Maisons), la salle L’Autre Canal, un complexe cinéma / bowling, un pôle nautique, le stade Matter (rugby), un lieu dédié au Karting et un boulodrome couvert. 

Quel que soit le lieu où l’on se trouve, le dénominateur commun est le changement.

Programmes de logements, aménagements de voiries, nouveaux équipements publics, nouvelles zones commerciales : les Rives de Meurthe sont un lieu de mutation et de renouveau urbain, avec devant lui encore bien des défis, notamment la poursuite de la rénovation urbaine de l’espace Saint Michel Jéricho / Grands Moulins, l’un des 7 quartiers du contrat de ville 2015 – 2020.

En quelques chiffres

  • 10 693 habitants, soit 10 % de la population de la ville de Nancy
  • 309 ha soit 20,6% de la surface de la commune
  • Un quartier qui s’étire sur 5 km de rives du Nord au Sud de la ville.
  • Il est bordé de 5 communes.
  • Population active (15 à 64 ans) = 67 % de la population

Les projets

  • Le nouveau skatepark
  • Les programmes de logement
  • La rénovation urbaine de l’espace Saint Michel Jéricho / Grands Moulins, l’un des 7 quartiers du contrat de ville 2015 - 2020

Informations annexes au site

En complément

Les mairies de quartier