La Belle Saison

Laissez-vous surprendre par le nouveau son et lumière monumental. Chaque soir d'été, son univers innovant métamorphose les façades de la place Stanislas, l'une des plus grandes surfaces de projection en Europe. Un spectacle présenté par la Ville de Nancy avec le soutien d'EDF, conçu et réalisé par AV Extended.

Laissez-vous surprendre

Conception et réalisation : AV Extended

Durée du spectacle 
20 minutes

Dates et horaires
17 juin > 15 août 2022 : 22h45
16 août > 11 septembre 2022 : 22h00
Horaires exceptionnels :
21 juin – Fête de la musique : pas de représentation
14 juillet – Fête nationale : à l'issue du feu d'artifice
09 septembre – Livre sur la Place : décalage à 22h45

La Belle Saison

Un nouveau son et lumière monumental métamorphose la place Stanislas

Pendant 20 minutes, La Belle Saison évoque une journée symbolique, à travers différents tableaux qui redonnent vie à l'histoire de Nancy : la Bataille de 1477, la Renaissance, le règne de Stanislas, l'Art nouveau et l'Art déco ainsi que le dynamisme du Nancy d'aujourd’hui.

Le parti pris artistique de La Belle Saison est de laisser place à des visuels contemporains impactants qui se réapproprient les différentes esthétiques, des effets visuels forts, une création musicale en parfaite symbiose et voyageant entre contemplation ou exaltation, des effets de sound design favorisant l'immersion ou encore l'utilisation ponctuelle de projecteurs laser pour souligner certains détails architecturaux et surprendre au parfait moment.

Laisser-vous transporter par vos sensations et vos émotions. 

Une journée dans l'histoire de Nancy

« La Place Stanislas est un espace qui vit du matin au soir, de jour comme de nuit. C'est ce passage du temps que nous avons souhaité scénographier sur les façades de la Place : Hôtel de Ville, Pavillons Jacquet et Alliot, Musée des Beaux-Arts et Opéra national de Lorraine.

Dans ce spectacle son et lumière, La Belle Saison 2022, il est question du déroulement d'une journée, qui nous amène de l'aube à la nuit, en passant par un zénith lumineux. Si l'aube de notre point de départ est assez sombre, la nuit finale est plutôt celle de la fête, celle du Nancy contemporain, de sa jeunesse et de sa vitalité. Avant que le jour suivant ne renaisse….

Il s'agit ici aussi d'une journée symbolique qui évoque à travers différents tableaux l'histoire de la Ville. Sa naissance symbolique, dans le chaos de la bataille de 1477. Puis la Renaissance, le règne de Stanislas, l'Art nouveau et l'École de Nancy, l'Art Déco. Enfin, Nancy aujourd'hui, qui est aussi cette ville qui vit le jour comme la nuit, qui vit par ses habitantes et ses habitants, celles et ceux qui font la ville. Celles et ceux qui sont ensemble, un soir d’été sur la Place Stanislas.

Notre parti pris artistique sur La Belle Saison est de laisser place à des visuels contemporains, susceptibles d'avoir un effet marquant sur tous les publics. Effets visuels forts, jeu avec chacun des éléments de l'architecture de la place sont ainsi au rendez-vous.

Il s'agit surtout d’'n spectacle total, une mise en lumière à la dimension de la Place Stanislas : exceptionnelle. Nous en sommes convaincus, ce projet amènera les Nancéiennes et Nancéiens à venir voir et revoir ce spectacle, qui leur ressemble. Il attirera les publics nombreux, visiteurs et touristes.

Et il allumera des étoiles dans les yeux de chacune et chacun. »

AV EXTENDED

Équipe artistique et technique "La Belle Saison 2022"

L'équipe du spectacle 2022 a été coordonnée par la direction artistique conjointe de Jérémie Bellot, auteur entre autres du mapping lauréat du Trophée des Lumières à la Fête des Lumières de Lyon en 2021, et Nicolas D'Ascenzio, initiateur du projet Constellations de Metz.
Philippe Tytgat, graphiste nancéien reconnu s'est chargé de la création visuelle du spectacle en étroite collaboration avec le musicien French 79, originaire d'Epinal, qui a composé la partie musicale.
Les sociétés lorraines MPM et NAP se sont mobilisées sur la partie technique. 
À ces compétences se sont ajoutées celles de Jean-Sébastien Bernard, historien nancéien ainsi que l'association Heruditatem, basée à l'Octroi, spécialisée dans la médiation architecturale.

Nicolas D’Ascenzio
directeur de création
Jérémie Bellot
directeur artistique
Nicolas Tochet
directeur de production
Anne-Sophie Acomat
directrice administrative
Philippe Tytgat
création visuelle
Simon Henner « French 79 »
création sonore
Josselin Beaumont
motion designer senior
Jean-Sébastien Bernard
conseil scientifique et historique
Lionel Schwartz
directeur technique
Etienne Caillet
régisseur général

Prestataires techniques :
MPM Audiolight, MPM Equipement, NAP audiovisuel, 
IM Événement, Les Métalliers lorrains

Au cœur du spectacle

Chapitre #01 | Du chaos naît la lumière

Le spectacle commence avec la Bataille de Nancy du 5 janvier 1477. Cet événement décisif voit naître le Nancy "moderne", et se situe donc à l'aube du spectacle, au cœur du premier tableau. Dans des tons rougeoyants, rappelant la dureté de la bataille en même temps que le lever du soleil, apparaît l'année : 1477. Le rouge vire peu à peu au bleu, évoquant l'eau de l'étang Saint-Jean, à côté duquel se déroule la Bataille de Nancy. Et Nancy se construit géographiquement sur un marécage (le nom de Nancy provenant du celte "nant" qui désigne le marais). La brume disparaît en même temps que la musique se fait plus présente, l'architecture de la place se révèle. Le soleil se lève… et ses rayons viennent souligner en douceur l'architecture de la place, avant que la lumière ne se fasse plus vive.

Chapitre #02 | Le lever du jour

Le duc René II, grand vainqueur de la bataille de Nancy, développe alors à Nancy l'art de la Renaissance dont le Palais des ducs de Lorraine reste encore aujourd'hui l'un des témoins architecturaux les plus flamboyants. Dans cette scène, c’est l'heure de la construction. À la manière d'un Christo, ce sont les couleurs du blason de Nancy, celles de la Lorraine, qui emballent la place Stanislas, à la manière de rubans. Le soleil continue sa course. Les éléments graphiques se décomposent et se recomposent sous nos yeux, au rythme d'une musique cuivrée. À travers un second tableau coloré comme une matinée ensoleillée, c’est une période joyeuse et prospère qui est ici retranscrite.

Chapitre #03 | Au zénith

Puis vient le règne de Stanislas, un règne des arts et de l'embellissement du duché, grâce aux dépenses du duc en ces matières. C'est ici un troisième tableau lumineux et solaire, qui fait honneur à l'architecture remarquable du XVIIIe siècle et met en lumière les monuments de cette place grandiose qui porte son nom. Le soleil se fait imposant et central. C'est le zénith, il rayonne partout, il nous hypnotise. La place toute entière, chacune de ses faces, plonge le public dans une immersion architecturale totale.

Chapitre #04 | L'École de Nancy

La ville connaît un nouvel âge d'or dans les années 1900, avec la création de l'École de Nancy : Louis Majorelle, Émile Gallé, les frères Daum, Jacques Gruber, Émile André… C'est en s'inspirant des motifs de ces artistes qui ont fait et font encore la renommée de la ville que naît le quatrième tableau de ce spectacle. Les vagues submergent la place, fleurs et oiseaux l'envahissent. Le nom de la ville s'affirme sur la façade de l'Hôtel de Ville : Nancy.

Chapitre #05 | Les années folles

Mais cet âge d'or est stoppé net avec l'entrée dans la Première Guerre mondiale. Au sortir de la guerre, l'Art nouveau et l'École de Nancy ont laissé place à l'Art déco, plus discret, plus épuré. Et à Nancy comme ailleurs, les Hommes veulent profiter de la vie. Les cabarets, théâtres et dancing se développent avec l'avènement de l'électricité, et les Années folles battent leur plein. C'est cette ferveur de vivre qui est évoquée sur les façades lors du cinquième tableau, avec des visuels lumineux et colorés. Ils se mettent à la cadence d'une musique vive et joyeuse, qui emporte la place dans un amusement coloré.

Chapitre #06 | Nancy, la nuit

Dans la continuité du frémissement du tableau précédent, le tableau final nous embarque toutes et tous dans la fête. La musique suit le cours effréné d'un piano entêtant. Et la Place Stanislas se couvre de néons, ceux de la nuit festive, ceux que l'on retrouve sur la façade de l'Autre Canal. C'est Nancy aujourd'hui, ville de la jeunesse, de la vitalité, du plaisir d'être réunis quelles que soient les générations, les différences. Nous sommes ici, ensemble, sur la Place Stanislas.

Outro | Le soleil se relève…

La pénombre se répand de nouveau sur la Place. Mais après la nuit revient toujours le jour, comme un éternel recommencement. Alors, dans son infinie renaissance, le soleil se relèvera demain sur Nancy, comme chaque matin. Et à la nouvelle nuit tombée, le spectacle sera de retour sur la Place Stanislas, pour illuminer les bâtiments. Il reviendra chaque soir, jusqu'à la fin de l'été, lorsque sonnera la fin de La Belle Saison … avant de revenir l'année prochaine, entièrement renouvelé !

La Belle Saison racontée par l'équipe du spectacle

La belle musique de French 79

Le 8 juillet dernier, un spectateur en chemise à fleurs et bermuda se poste en plein milieu de la place Stanislas. Il scrute les façades de la place préférée des Français, regarde avec plaisir les terrasses noires de monde. Lui, c’est Simon Henner, alias French 79.  Dans quelques minutes il va découvrir le son et lumière « La Belle Saison » dont il signe la fabuleuse musique.

Vous êtes né à Epinal. La place Stan ça vous parle forcément ?
J’ai des souvenirs de moi enfant, traversant cette place avec mes parents lorsqu’ils m’emmenaient à l’Opéra. Cette place est magnifique. C’est le cœur de Nancy. Je reviens souvent ici, j’y ai encore beaucoup d’amis.

La Belle Saison c’est aussi une histoire d’amitié professionnelle ?
Lorsque Philippe Tytgat, chargé de la création visuelle du nouveau vidéo-mapping, m’a contacté, j’ai tout de suite dit oui. Avec lui j’y vais un peu les yeux fermés car je sais que ses projets sont toujours ambitieux. C’est bien plus qu’une équipe de locaux, avec Philippe le Nancéien, Nicolas Tochet, le Messin, directeur de production de la Belle Saison, et moi le Spinalien. C’est vraiment une continuité dans notre parcours et c’est un plaisir pour moi de travailler avec les meilleurs.

Quelle était votre feuille de route pour cette création sonore ?
D’habitude, la bande son de ce type de spectacle arrive en dernier. C’est-à-dire qu’il faut adapter une musique à des images. Là ce fut tout le contraire. La musique était le point de départ. J’avais comme contraintes techniques de produire six morceaux de 3 mn avec ce fil rouge d’une journée à Nancy, du lever du jour à la nuit. J’y ai conservé mon univers, celui de la musique électronique.

Vous avez donc eu beaucoup de liberté pour cette création ?
Dès le départ, la commande était claire: le mapping version 2022 se devait d’être très contemporain. Les institutions nous ont laissé faire notre travail. La Ville de Nancy nous a demandé de réveiller le concept, quitte à bousculer le public. 

À quand un EP (Extended Play) de la Belle Saison ?
Eh pourquoi pas ! 

Simon Henner, French 79
Né à Epinal en 1979, le jeune Simon fait ses gammes au Conservatoire d’Epinal. Aujourd’hui musicien accompli, installé sur un bateau amarré dans le port de Marseille, Simon Henner, alias French 79, distille un son qui déborde de fraîcheur et de sensualité et nous fait planer sur de l’électro pop, rythmé par des envolées de synthé et des beats qui s’entremêlent. Après son premier EP sorti en 2015, le musicien a déjà deux albums à son actif : Olympic (2016) et Joshua (2021). 

Un livret-jeux pour les 6-12 ans

Découvrir l’univers du nouveau son et lumière sur la place Stanislas de manière ludique, apprendre et s’amuser avec  les références historiques et artistiques qui ont inspirées l’équipe créative de La Belle Saison, telle est l’aventure proposée parce livret-jeux gratuit, disponible en version papier à l’Office de tourisme ou à télécharger ci-dessous

Téléchargez le livret-jeux "La Belle Saison"

Le  Groupe EDF est partenaire depuis l’origine du spectacle son et lumière estival à Nancy. EDF soutient la valorisation d’un patrimoine d’exception à travers l’utilisation et l’animation de la lumière sur les différentes façades de la place Stanislas.

La raison d’être d’EDF, adoptée en 2020, « construire un avenir énergétique neutre en CO₂, conciliant préservation de la planète, bien-être et développement, grâce à l'électricité et à des solutions et services innovants. » est l’engagement pris vis-à-vis  de la société, son ambition.

Acteur de service public et fort de ses valeurs, EDF est également un acteur ancré dans les territoires et apporte un soutien à des événements phares, comme le vidéo mapping monumental à Nancy, qui contribuent à faire rayonner avec excellence l’engagement artistique de la collectivité.