illustration de la page Fontaine Wallace, monument de la Croix de Bourgogne, villa Majorelle, Croix gagnée

Mécénat - Nancy restaure son patrimoine

Via la Fondation du patrimoine, vous avez la possibilité de participer à la mise en valeur et au rayonnement du patrimoine nancéien en faisant un don.

Première institution de défense du patrimoine, la Fondation du patrimoine sauve chaque année plus de 2 000 monuments, églises, théâtres, moulins, musées, etc. et participe activement à la vie des centres-bourgs, au développement de l’économie locale et à la transmission des savoir-faire. Forte de 20 ans d’expérience et reconnue d'utilité publique, elle a su développer des outils efficaces, lui permettant de mener de nombreuses actions de restauration aux côtés des collectivités et propriétaires privés.

Rénovation intérieure de la villa Majorelle

Une maison construite par un artiste pour un artiste

La Villa Majorelle est un joyau de l’architecture Art nouveau et un témoin d’un certain art de vivre à Nancy. Commandée par Louis Majorelle, industriel d’art, à l’architecte Henri Sauvage en 1901, la villa devient une véritable référence pour son architecture novatrice, sa décoration et son aménagement intérieur. Les éléments de ferronnerie à motifs de monnaie du pape qui ornent la marquise, la porte d’entrée, les supports de balcons et les grilles des fenêtres ont été réalisés dans les ateliers Majorelle. Ces motifs délicats sont repris également sur les vitraux, … comme la signature d’un artiste sur son œuvre. De nombreux artistes de l’École de Nancy ont également collaboré à ce projet. On y découvre notamment les vitraux de Jacques Grüber, les peintures de Henri Royer et de Francis Jourdain et une surprenante cheminée monumentale réalisée par Bigot. 

Vous souhaitez participer à la valorisation du patrimoine et vous engager aux cotés de la ville de Nancy dans ce projet ? Téléchargez le bon de souscription à la restauration de La rénovation intérieure de la Villa Majorelle

Faites un don !

Le projet de rénovation intérieure de la villa Majorelle : en savoir +

La villa a fait l’objet d’un programme de restauration extérieure en 2016 et 2017. Après cette première étape, la ville de Nancy entreprend la rénovation intérieure qui, après de minutieuses recherches et sondages, lui redonnera son cachet de villa d’artiste et témoignera du cadre de vie des années 1900. Ces travaux permettront une remise en accessibilité des différents niveaux, une restauration des espaces qui le nécessitent au titre de la sauvegarde du patrimoine et la recréation du décor intérieur de la maison avec du mobilier d’époque.

Villa Majorelle : lancement de la rénovation intérieure

Restauration du monument de la Croix de Bourgogne

Autrefois étang marécageux, la place de la Croix de Bourgogne fut créée au XIXe siècle. Elle est l’un des hauts lieux de l’histoire lorraine.

Le monument qu’elle accueille, est érigé en mémoire de la Bataille de Nancy, à l’endroit même où gisait le corps sans vie du Téméraire. Ce haut fait de guerre opposait les troupes de René II, Duc de Lorraine à Charles le Téméraire, dernier duc de Bourgogne. Nancy est assiégée, son peuple affamé. René II donne l’assaut le 5 janvier 1477, son armée terrasse les Bourguignons assurant ainsi à la Lorraine son indépendance.

Durant des siècles, une simple croix indiquait le lieu de la découverte du corps du duc vaincu. Au XIXe siècle, l’étang est progressivement asséché, le quartier urbanisé. À la fin du siècle, plusieurs artistes, dont Victor Prouvé, souhaitent édifier un nouveau monument mais l’argent manque. Il faut attendre 1928 et une souscription publique pour réunir enfin les fonds nécessaires. Prouvé signe alors la composition : René II hissant la croix de Lorraine. Les belles mosaïques sont l’œuvre de Gentil & Bourdet. Georges Biet en est l’architecte et Victor Chaize l’entrepreneur.

Vous souhaitez participer à la valorisation du patrimoine et vous engager aux cotés de la ville de Nancy dans ce projet ?
Téléchargez le bon de souscription à la restauration du monument de la Croix de Bourgogne

Faites un don !

La restauration du monument : en savoir +

La restauration consiste en la reprise des pierres en grès et de leurs joints et en un nettoyage par micro-abrasion. Les éléments manquants ou abîmés de la mosaïque seront remplacés par des tesselles identiques afin de restituer le motif décoratif d’origine.

Restauration de la Croix gagnée

Situé en contrebas du plateau du Haut du Lièvre, le calvaire de la Croix Gagnée a été érigé ici en reconnaissance des bienfaits divins vers 1525. Ce calvaire, situé à l’intersection de la rue Augustin Hacquart et de la rue de la Croix gagnée, a été financé, en 1530, par Didier Fossier en l’honneur de la victoire du Duc Antoine.

Didier Fossier était un forgeron réputé qui fabriquait, des canons, des armes et des gaines pour épée. Surnommé «le Gainié», la croix prit naturellement cette appellation de Croix Gagnée.

Pendant longtemps, le Vendredi Saint, de nombreux pèlerins y venaient prier dans l’espoir de gagner des indulgences. Cette croixcalvaire encore en partie polychrome présente la Crucifixion avec Jésus-Christ les bras et les pieds fixés à la croix, Saint-Jean l'Évangéliste, Marie, Marie-Madeleine, Saint-Jacques le-Majeur et Sainte-Barbe.

Vous souhaitez participer à la valorisation du patrimoine et vous engager aux cotés de la ville de Nancy dans ce projet ? Téléchargez le bon de souscription à la restauration de La Croix Gagnée

Faites un don !

La restauration du calvaire - en savoir +

Au delà d’un nettoyage d’ensemble, les travaux envisagés de ce monument emblématique de Nancy sont la restauration des pierres de taille de la croix (consolidation, réparation et nettoyage de la statuaire) et des décors peints de la sous-face de la toiture, la restauration de la couverture et de la charpente, la remise en peinture des grilles et la mise en valeur de l’édifice par la création d’un nouvel éclairage. La restauration s’accompagnera de la pose d’un cartel explicatif de l'œuvre.

Restauration de la Fontaine Wallace

La fontaine Wallace, située sur la place du Colonel Fabien, à proximité de la basilique St-Epvre tient son nom du philanthrope britannique sir Richard Wallace, qui dessina et offrit une cinquantaine de fontaines à la ville de Paris à la fin du XIXème siècle. Ces fontaines furent dessinées dans le détail par le sculpteur Charles-Auguste Lebourg, puis fondues par la fonderie du Val d’Osne, dans la Haute-Marne. Peu de personnes savent que Nancy en possède une elle aussi ! Dans les années 1870, alors que la distribution de l'eau dans la capitale est une question de santé publique, fleurissent ces fontaines emblématiques. 

Plusieurs modèles sensiblement différents existent aujourd'hui. Mais ces « brasseries des quatre femmes », telles qu’elles ont été appelées alors, se reconnaissent toutes aux quatre personnages féminins - les cariatides - supportant une coupole ornée de dauphins, personnifiant à la fois les quatre saisons et les quatre vertus (la bonté, la simplicité, la charité et la sobriété).

Vous souhaitez participer à la valorisation du patrimoine et vous engager aux cotés de la ville de Nancy dans ce projet ?
Téléchargez le bon de souscription à la restauration de La fontaine Wallace

 Faites un don !

La restauration de la fontaine : en savoir +

Les travaux consistent en la restauration de la fontaine et à sa remise en eau. Un aménagement, plus en adéquation avec l’usage initial de la fontaine, restituera les grilles au sol et les pavés. La fontaine sera déposée pour nettoyage et restauration, les grilles refondues dans le cadre d’un partenariat avec le lycée Loritz.

Situer

Informations annexes au site