ADN - Art Dans Nancy

La Ville de Nancy vous invite à flâner et arpenter ses rues et ses places dans un parcours urbain incitant à la découverte artistique.

De la porte de la Craffe à la place des Vosges, mais aussi de la place Thiers à la porte Sainte-Catherine, l’art est partout, multiple et vient embellir notre cité.

Suivre cet itinéraire, c’est admirer le patrimoine dialoguant avec la création contemporaine. C’est aussi apprécier le talent d’artistes locaux, nationaux ou internationaux qui ont laissé leur empreinte dans la ville.

Depuis l’année 2015 où le street art a été largement mis à l’honneur, la Ville de Nancy déploie de nouvelles œuvres sur le domaine public en complément de celles déjà présentes (installations, fresques, expositions photo…). La Ville de Nancy et ses partenaires intensifient également la programmation événementielle, des rendez-vous en mode découverte !

Suivez le guide…

ADN - Art Dans Nancy

Outings de Julien de Casabianca

Du 29 juin au 30 septembre

Bruxelles, Genève, Hong Kong, La Nouvelle-Orléans, Lyon, Genève, mais aussi l’Australie, le Brésil ou l’Italie, Julien de Casabianca parcourt le globe et emmène hors les murs les œuvres des musées du monde entier.

Pour accompagner la rénovation du Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain, la Ville de Nancy a souhaité que des personnages issus de tableaux de la collection du musée prennent ainsi vie sur les façades nancéiennes, se transformant en musée à ciel ouvert.

Le procédé : Julien de Casabianca choisit les œuvres qui l’inspirent et se laisse guider par son instinct pour repérer le modèle qui lui tapera dans l’œil. Il prend alors en photo l’oeuvre, isole le personnage pour ensuite l’imprimer et le coller en grand format dans la ville. C’est ainsi qu’une vingtaine de personnages sont “libérés” dans la ville. Artiste visuel et cinéaste, c’est au Louvre devant une oeuvre d’Ingres que Julien de Casabianca en 2014 a eu l’idée de libérer la jeune fille qu’il voyait. Personnages principaux ou bien n’étant parfois juste qu’un détail dans un tableau, l’artiste les traite avec tendresse et bienveillance en choisissant ensuite le mur où ils se sentiront bien… Retrouvez-les tout l’été à Nancy

En savoir plus sur l'événement Outings à Nancy

Le Cœur du Grand Nancy / Jorge Orta

Inaugurée au même moment que se déroulaient à Nancy les XIVe jeux mondiaux des transplantés, la sculpture de l’artiste argentin célèbre le don d’organes. Dans le cœur doré à l’or fin, au sommet de l’œuvre, a été scellée la charte du don, fruit du travail de 35 000 collégiens du département.

Une commande artistique de la Métropole du Grand Nancy.

Giulia / David Walker

Le célèbre portraitiste anglais David Walker a réalisé en 2015 une fresque monumentale - l’une des plus grandes qu’il ait peinte en France - où l’explosion de couleurs et les couches de peinture réalisées à la bombe aérosol tissent un portrait féminin d’une grande richesse, frôlant avec l’hyperréalisme.

Issu du graffiti, David Walker a su développer une technique et un style qui sont devenus sa marque de fabrique. Il n’utilise aucun pinceau, aucune brosse. Toutes ses peintures sont réalisées à la bombe aérosol uniquement, à main levée. Couche après couche, les innombrables lignes saccadées et les zones abstraites tissent à travers les couleurs des portraits féminins d’une richesse absolue. Il est aujourd’hui l’un des plus grands portraitistes muraux.

Une création à l’initiative de la Galerie Mathgoth- Paris avec le soutien de la Ville de Nancy et du CCAS.

Hommage à Lamour / François Morellet

François Morellet est l’un des artistes français contemporains les plus éminents. Ses œuvres sont présentées dans les plus grands musées et ont fait l’objet de très nombreuses expositions dans le monde entier. Depuis plus d’un demi-siècle, il explore la poésie, les secrets et les charmes de la géométrie. 

En 2003, il crée pour la façade du Musée des Beaux-Arts de Nancy 4 néons jaunes qui reprennent à l’identique les courbes rococo des grilles de la place Stanislas, conçues par le célèbre ferronnier Jean Lamour. Hommage à Lamour s’inspire d’un passé renouvelé dans le choix des matériaux et des technologies.

Une commande publique artistique de la Ville de Nancy, 2003.

Le Bouquet / Daniel Buren

Installée face à la Porte Saint Nicolas, l’une des portes de la Ville  où étaient célébrées les entrées ducales, l’œuvre est un écho contemporain aux bannières et fanions figés dans la mémoire de ce lieu historique.

Daniel Buren est un artiste, peintre et sculpteur français. Il réalise dans le monde entier des centaines d'oeuvres in situ qui soulignent, contrarient ou mettent en valeur les caractéristiques des lieux qui l'accueillent.

Un dépôt du FRAC Lorraine, à l’initiative de la Ville de Nancy

Le Mur Nancy

Avec le soutien de la Ville de Nancy, l’association Le MUR Nancy invite chaque troisième samedi du mois un artiste à réaliser en public une fresque de 8m x 3, une œuvre visible sur la façade du centre commercial Saint Sébastien.

Des artistes urbains d’envergure régionale, nationale ou internationale se relaient pour mettre en œuvre les multiples techniques à leur service. Tous les mois, ils créent en direct sous vos yeux. L’association Le Mur Nancy propose une programmation pointue, à la découverte de toute la diversité du graffiti et du street art.

Proposé par l’association Le Mur

Le MUR Nancy - S2E10 - KDR

Points de vue / Pierre Bismuth

Pierre Bismuth est un artiste plasticien français à la production diversifiée (collages, vidéos, peintures, installations…). Il utilise la technique artistique comme moyen d’examiner notre perception de la réalité.

Créées en 2005, les 8 demi-sphères « miroir » sont posées à même le sol, aux pieds des principaux édifices du XVIIIe siècle. Elles nous invitent à jouer avec notre reflet et celui de l’exceptionnel patrimoine architectural environnant.

Commande publique nationale de la Ville de Nancy avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication.

Stan / Jef Aerosol

Afin d’apporter un regard contemporain aux célébrations du 250e anniversaire de la disparition de Stanislas et de la réunion de la Lorraine à la France, ce portraitiste a réalisé en 2016 une fresque éphémère monumentale, sur une façade du remarquable jardin Godron. Un bel effet de perspective et de dialogue avec la Place Stanislas.

Jef Aérosol est un artiste pochoiriste français issu de la première vague du street art dans les années 80. Il est l’un des précurseurs et chef de file de cet art éphémère

Il s’agit d’une commande artistique de la Ville de Nancy en collaboration avec Mathgoth.

David WALKER à Nancy (France)

Street painting # 8 / Sabina Lang & Daniel Baumann

Commandée par la Ville de Nancy en 2015, la création « Street Painting #8 » est une œuvre colorée et poétique. Ses formes géométriques et ses couleurs vives sont directement apposées sur l’asphalte, créant ainsi une belle perspective rues des Ponts et de la Visitation.

Le travail de Sabina Lang et Daniel Baumann, qui fait aujourd'hui référence, consiste à interroger l’architecture des lieux, recréer de nouveaux paysages et initier un dialogue entre l’art et la ville. Ce duo suisse travaille à partir d'une large gamme de matériaux : peinture, bois, métal, moquette ou encore structures gonflables mais leur médium véritable est l'espace. Ces artistes recréent de nouveaux paysages, la plupart de leurs travaux sont spécifiques aux lieux dans lesquels ils s'inscrivent : hôtel éphémère sur les toits, escaliers qui défient le vide ou encore peintures grand format sur les ponts et les chaussées telle la série des Street Paintings.

Traits d’Union / Robert Stadler

Associant disques lumineux et sculptures mobilières, cette création du designer international fait dialoguer art contemporain, patrimoine et design sur la façade de l’Ensemble Poirel. Une œuvre qui se poursuit à l’intérieur de la galerie Poirel.

Commande publique nationale de de Nancy / Métropole Grand Nancy avec  le soutien du Ministère de et de la Communication, 2013.

La campagne est propice pour observer les nuages et pour l’implantation de terrains de basket / Gilbert Coqalane

Le jeu ne devrait pas avoir de règles mais impliquer une totale liberté. Attendez-vous à croiser un drôle de panier de basket au détour des allées du Parc de la Pépinière  !

Plasticien urbain, Coqalane interroge dans sa série « Contenant Contenu » la dualité entre la liberté et les règles du jeu. Il prend pour illustration le panier de basket et s’amuse à détourner la forme d’un objet qui nous semblait jusque-là bien familier. Pour lui, la notion de loisir ne peut pas être régie par des règles car elle devrait être uniquement empreinte de liberté.

Une commande artistique de la Ville de Nancy, réalisation automne 2016.

Outings / Julien de Casabianca

Bruxelles, Genève, Hong Kong, La Nouvelle-Orléans, Lyon, Genève, mais aussi l’Australie, le Brésil ou l’Italie, Julien de Casabianca parcourt le globe et emmène hors les murs les œuvres des musées du monde entier. Acteur, réalisateur, street artiste et photographe, il multiplie les supports d'expression.

Pour accompagner la rénovation du Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain, la Ville de Nancy a souhaité que Julien de Casabianca offre une vie nouvelle aux œuvres de la collection, en libérant les personnages pour provoquer des rencontres entre le public et l'architecture.

Le procédé : Julien de Casabianca choisit les œuvres qui l’inspirent et se laisse guider par son instinct pour repérer le modèle qui lui tapera dans l’oeil. Il prend alors en photo l’oeuvre, isole le personnage pour ensuite l’imprimer et le coller en grand format dans la ville. C’est ainsi qu’une vingtaine de personnages sont véritablement “libérés” dans la ville. Artiste visuel et cinéaste, c’est au Louvre devant une oeuvre d’Ingres que Julien de Casabianca en 2014 a eu l’idée de libérer la jeune fille qu’il voyait. Personnages principaux ou bien n’étant parfois juste qu’un détail dans un tableau, l’artiste les traite avec tendresse et bienveillance en choisissant ensuite le mur où ils se sentiront bien…

3 questions à Julien de Casabianca

Comment vous est venue cette idée ?
"Il y a trois ans, au Louvre, devant une œuvre d’Ingres. Dès que je l’ai vue, j’ai eu envie de libérer la jeune fille qui était enfermée dans le tableau. C’est une pulsion très chevaleresque, à la base ! Alors je l’ai prise en photo avec mon smartphone, je l’ai imprimée en grand format et je l’ai collée dans un endroit où il me semblait qu’elle pouvait être bien. J’ai pris le résultat en photo, je l’ai posté sur Facebook et ça a plu ! Alors j’ai continué…"

Comment sélectionnez-vous vos personnages ?
"Avant tout, il faut que j’aie de la tendresse pour eux. En général, ce sont des anonymes. Et parfois, ils ne sont qu’un détail dans un tableau ou une gravure. Il faut aussi qu’ils appartiennent au passé pour qu’il y ait un choc d’époques quand ils se retrouvent dehors. Et puis les fringues, ça compte aussi. Dans la rue, c’est ce qui saute aux yeux en premier."

Quand vous les choisissez, vous savez déjà où ils vont aller ?
"Pas du tout. Je les imprime et après je pars avec eux sous le bras pour leur trouver le mur où ils se sentiront bien. Mon œuvre ne se résume pas qu’au personnage collé, c’est aussi tout l’environnement qui va autour et la manière dont cela va aller à la rencontre des gens. Pour moi, c’est ça le «street art» : le rapport à la rue, aux gens et au monde."

Cette interview a été publié dans le magazine"CAN#7 - la culture à Nancy"

Retrouvez les œuvres sur le plan

Cartographie Art Dans Nancy

Retrouvez les œuvres sur le plan

Voir en plein écran

Informations annexes au site