Sport

Laurine Xailly

Elle est comme un joli soleil au premier coup d’oeil. Pour ce portrait, Laurine Xailly sortait de ses cours à la fac de psycho de Nancy. Elle revenait l’avant-veille de Doha au Qatar où elle avait participé aux Championnats du Monde d’Athlétisme au relais 4 x 400m. La question nous vient : quelle vie à 22 ans entre études et sport de haut niveau ?

Publié le

22 ans et 16 ans de sport

Laurine Xailly naît à Nancy en 1997, elle grandit à quelques kilomètres à Sexey-aux-Forges. Sa maman est professeure d’Éducation physique et sportive. En 2003, elle assiste avec ses parents aux Championnats du Monde d’Athlétisme à Paris. Et du haut de ses 6 ans, elle a une révélation, elle sera « coureuse ».

Une vie qui mêle sport et études va dorénavant se mettre en place. À l’école primaire, c’est une élève appliquée. Dès le CP, elle commence le sport, on l’aura compris, lancer, saut et course au programme. Elle a du souffle cette petite, elle l’exploite aussi pour apprendre à jouer du saxophone, qu’elle pratiquera pendant 10 ans.

Elle rejoint ensuite le collège de Neuves-Maisons et parallèlement arrive à 15 ans à un statut sportif de haut niveau. Quand sa vie de lycéenne se poursuit au lycée Callot de Vandoeuvre, elle augmente le rythme sportif et s’entraîne 6 heures par semaine. Toujours studieuse, elle obtient un bac S et s’inscrit tout logiquement en STAPS pour obtenir une Licence Sciences et Techniques des Activités Physiques & Sportives, avec une spécialisation en entraînement sportif.

Au sein du club Nancy Athlétisme Métropole, les entraînements vont atteindre 14 heures par semaine. Elle enchaîne les compétitions. En 2017, à 20 ans, elle est championne de France du 400m en 53 secondes 64 centièmes. Encore en catégorie Espoir en 2018, elle est passée en Senior en 2019. Cette année-là, elle participe aux Championnats d'Europe d'athlétisme par équipes en Pologne et aux Championnats du Monde d’athlétisme en octobre à Doha. En 2020, elle fera partie des 24 meilleures françaises aux Championnats de France d’Athlétisme.

Elle garde le cap, elle sait qu’en 2024, les Jeux Olympiques se tiendront à Paris. Au passage, elle évoque avec fierté ses parents qui la soutiennent et qui, pour une compétition en Suède, sont allés jusqu’à la suivre en camping-car. Sa licence STAPS obtenue, elle fait un constat : « Je préfère être entraînée qu’entraîner ».

Elle continuera donc le sport comme elle l’a toujours fait et ne sera pas entraîneur. En 2018, elle choisit une autre direction et rejoint la faculté de psychologie. Ce qui la motive : la psychologie légale, le travail en milieu carcéral, le tribunal.

Sa place est ici

Le temps des loisirs est réduit, on s’en doute. Cependant le plaisir de faire de l’escalade indoor au sein de l’université de Brabois ne se boude pas. Elle retrouve régulièrement sa soeur qui travaille en Europe de l’Est, Russie ou Pologne. Elle ne rate jamais le festival musical de fin d’été, Cabaret Vert à Charleville-Mézières. Elle aime la forêt de Saulxures, les bords du canal ou la Ville-vieille de Nancy.

Avec ses amis, ils se retrouvent place Saint Epvre au Gavroche. Elle prend aussi un peu de temps pour cuisiner une quiche, apprécier un pâté lorrain et admet une irrésistible appétence pour le fromage, ce qui la mène tout droit au restaurant « Le Bouche à Oreille ». Elle se dit stressée mais optimiste, elle repart en enfourchant son vélo, elle sourit à la vie, Laurine Xailly est un petit bonheur !

 

 

Informations annexes au site