D'autres contes & légendes

De nombreux contes entourent et viennent enrichir l’histoire et la légende de Saint Nicolas. En voici quelques-uns…

La Légende des trois filles

Nicolas entendit un jour parler d’un homme qui avait perdu tout son argent. Ce dernier avait trois filles qui étaient en âge de se marier. Hélas, il n’avait pas assez de biens pour pouvoir payer leur dote. La nourriture commençait à manquer et cette famille s’enfonçait dans la pauvreté et c’est le cœur plein de tristesse que le père décida que les filles allaient être vendues en esclaves, elles ne pouvaient plus rester au foyer familial.

La nuit précédant leur départ, l’aînée lava ses chaussettes, les plaça devant le feu pour les faire sécher et alla se coucher avec le reste de la famille. Le lendemain matin, la famille découvrit que dans ces chaussettes était placée une bourse remplie d’or, assez d’or pour nourrir la famille et payer la dote de l’ainée. Comme ils étaient heureux !

Le jour suivant, un autre sac d’or fut découvert et c’est la dote de la sœur cadette qui allait pouvoir être honorée.

Ils se demandaient tout de même qui pouvait être aussi généreux pour leur donner une telle somme sans rien réclamer en retour. La nuit suivante, persuadé que l’opération allait être renouvelée, le père décida de se cacher et d’observer ce qui se passait dans la pièce. Cela faisait des heures qu’il attendait caché et la fatigue commençait à l’emporter, quand soudain, un bruit le ramena à la raison, un petit « click » accompagna la chute d’un sac d’or, tombant dans la pièce. Rapidement, le père sortit de la maison et se rendit près de la fenêtre où était apparu le sac, et qui trouva-t-il ? Oui, c’était bien Saint-Nicolas.
Il lui dit : « Nicolas, est-ce toi ? Merci pour ton aide, je ne sais comment te remercier ». Saint-Nicolas répondit « s’il te plaît, ne me remercie pas, remercie Dieu d’avoir exaucé tes prières ». Puis, il lui demanda de ne raconter cette histoire à personne et disparut. L’homme ne tint pas ses promesses, car le lendemain, toute la ville en fut informée et le bruit se répandit en peu de temps dans toute la province.

L’homme put marier ses filles et toute la famille fut heureuse.

Depuis, la coutume veut que les jeunes filles qui cherchent un mari s’adressent à Saint-Nicolas pour qu’il guide leur choix. Est-ce qu’il les entendra ?

La légende du sauvetage en mer

Un jour où Saint-Nicolas se rendait en pèlerinage en Terre Sainte, il rencontra un marin et lui prédit qu’une horrible tempête allait se lever en mer. La prédiction se révéla juste. Le marin qui se trouvait sur son bateau avec tout son équipage fut pris dans le mouvement tumultueux des flots. La tempête fut si puissante que tous les passagers se crurent perdus ; mais Nicolas rendit le calme à la mer et les personnes à bord furent sauvées.

Depuis ce jour, les marins ont choisi Saint-Nicolas comme patron de leur corporation. Lorsque la tempête se lève et qu’ils se sentent en danger, ils demandent au saint de veiller sur eux.

Saint-Nicolas est le saint patron des bateliers, pêcheurs, marins et mariniers, déchireurs de bateaux et débardeurs.

Le conte de l'enfant brûlé vif

Un jour, une femme présenta à Saint-Nicolas son enfant, qui, tombé dans le feu, avait perdu la vie. Faisant sur lui le signe de la croix, Nicolas le ressuscita en présence de toute l’assemblée.

Depuis, il est de coutume d’implorer Saint-Nicolas dans les accidents du feu.

Le conte du vase d'or

Un noble avait prié Saint-Nicolas de lui faire obtenir un fils, promettant qu’en récompense il se rendrait avec son fils au tombeau du saint et lui offrirait un vase d’or. Le noble obtint un fils et fit faire un vase d’or. Mais ce vase lui plu tant qu’il le garda pour lui-même et, pour le saint, en fit faire un autre d’égale valeur.

Il s’embarqua avec son fils pour se rendre au tombeau de Saint-Nicolas. En route, le père ordonna à son fils d’aller lui prendre de l’eau dans le vase qui d’abord avait été destiné à Saint-Nicolas. Aussitôt, le fils tomba dans la rivière et se noya. Mais le père, malgré toute sa douleur, n’en poursuivit pas moins son voyage.

Parvenu dans l’église de Saint-Nicolas, il posa sur l’autel le second vase. Au même instant, une main invisible le repoussa avec le vase, et le jeta à terre. L’homme se releva, s’approcha à nouveau de l’autel et fut de nouveau renversé.

Et voilà qu’apparut, au grand étonnement de tous, l’enfant qu’on croyait noyé. Il tenait en mains le premier vase, et raconta que, dès qu’il tomba à l’eau, Saint-Nicolas vint le prendre, et le conserva sain et sauf. Sur quoi le père, ravi de joie, offrit les deux vases à Saint-Nicolas.

Le conte de l'enfant esclave

Un homme riche avait obtenu, grâce à l’intercession de Saint-Nicolas, un fils qu’il avait appelé Dieudonné.

Aussi, il avait construit, en l’honneur du saint, une chapelle dans sa maison où il célébrait solennellement sa fête tous les ans. Or, un jour, Dieudonné fut enlevé par la tribu des Agaréniens et amené en esclavage au roi de cette tribu.

L’année suivante, au jour de la Saint-Nicolas, l’enfant qui servait le roi d’une coupe précieuse en mains se mit à pleurer et à soupirer en songeant à la douleur de ses parents et en se rappelant la joie qu’ils éprouvaient naguère à la Saint-Nicolas.

Le roi l’obligea à lui confesser la cause de sa tristesse puis lui dit : « Ton Nicolas aura beau faire, tu resteras ici mon esclave ! » Mais au même instant un vent terrible s’éleva, renversa le palais du roi, et emporta l’enfant avec sa coupe, jusqu’au seuil de la chapelle, où ses parents étaient en train de célébrer la fête de Saint-Nicolas.

Le conte du bâton d'or

Un homme avait emprunté de l’or à son voisin, mais ne lui rendit jamais. Cette affaire fut suivie devant un juge qui demanda au redevable ce qu’il attendait pour rendre l’argent. L’homme lui assura qu’il avait déjà honoré sa dette.

Mais cet emprunteur malhonnête fut bien puni de son mensonge, car en sortant de chez lui, un chariot l’écrasa et brisa le bâton avec lequel il marchait. De cet objet sortirent une multitude de pièces d’or. Le prêteur, qui se trouvait non loin de la scène, était un homme bon et implora Saint-Nicolas de redonner la vie au mort.

Nicolas exhaussa ses prières et ressuscita l’homme qui se repentit aussitôt.

 

 

Informations annexes au site

En complément