Fêtes de Saint Nicolas, Objectif Belgique

Épisode 2 – Objectif fête : le 15 août en Outremeuse

Découvrez la plus grande fête liégeoise : le 15 août du quartier d’Outremeuse. Cortèges folkloriques, messe en wallon, concerts et gourmandises, les ingrédients du plus grand rassemblement de Liégeois. Ici aussi, Saint-Nicolas n’est jamais loin…

Publié le

Aux origines d’un mythe

Depuis 90 ans, de joyeux fous réunis au sein de la République Libre d’Outre-Meuse, une île au cœur de Liège, organisent chaque 15 août une incroyable fête où se mêlent profane et religieux. Si durant les premières années la fête ne durait que le temps de l’Assomption, le comité d’organisation a rapidement saisi l’engouement des Liégeois pour cette célébration. Aujourd’hui, les fêtes du 15 août en Outremeuse s’étalent sur plusieurs jours et présentent un programme bien plus étoffé. Un travail entrepris avec passion par les ministres de la République…

3 jours de fête, clôturées par l’enterrement d’un os…

Jusqu’à la fin des années 50, il s’agissait donc simplement d’une fête paroissiale pour les habitants du quartier. Tout changea lors de l’instauration d’un moment profane à côté des célébrations religieuses : un cortège folklorique constitué des différentes confréries de la région. Le nombre de spectateurs grandit d’année en année, jusqu’à atteindre aujourd’hui près de 100.000 visiteurs sur la journée.

Après une brocante le week-end précédant les célébrations, la fête débute officiellement le 14 août à 17h50. C’est l’heure à laquelle le Bouquet d’Outremeuse quitte le Musée Tchantchès pour se rendre place Delcour où a lieu, à 18h pile, un tir de campes… Les campes, boîtes de fonte remplies de poudre explosive, sont reliées entre elles par une fine traînée de poudre. Les quantités, définissant l’amplitude de l’explosion, sont réparties inégalement pour créer un rythme changeant chaque année. Pas moins de 700 campes prennent feu en créant une pétarade assourdissante. Le coup d’envoi des fêtes du 15 août est ainsi donné !

La soirée s’ensuit avec des concerts organisés partout dans le quartier, agrémentés de litres et de litres de Peket, l’alcool local (30°), et de bières.

Assomption et origine de la fête oblige, la journée du 15 août débute par une procession religieuse, celle de la Vierge Noire de l’église Saint-Nicolas (tiens, tiens…). S’ensuit une messe en wallon, et en plein air ! À 15h, les confréries folkloriques et des Géants défilent dans le quartier. La soirée, comme le 14, est dédiée à des concerts, et au divin breuvage qui sera consommé jusqu’aux petites heures du jour.

Pour clôturer la fête, les Liégeois procèdent à un enterrement. Tous de noirs vêtus, mais avec un soupçon de déguisement selon un thème changeant d’année en année, les Liégeois se baladent avec des branches de céleri en suivant un petit cercueil, dernière demeure d’un os de bœuf prénommé Mathieu… Mathi l’Ohé dans le patois local. Le cortège funéraire est ponctué d’arrêts durant lesquels les participants se mettent à genoux et pleurent la fin de la fête en secouant leur céleri. Une dernière parade en attendant l’année prochaine.