Sport

Pape Malickou Diakhaté

Le Prix « Nancy Citoyenne » récompense engagements et projets solidaires des associations. En avril 2019, dans les salons de l'Hôtel de Ville, Laurent Hénart, Maire de Nancy, a remis le Prix du citoyen nancéien à Papé Diakhaté.

Publié le

Une enfance à 4000 km

Pape Malickou Diakhaté est né le 21 juin 1984, en même temps que l’été, sous le soleil de Ouakam, un village traditionnel du Sénégal aux portes de Dakar. Parents, cousins, oncles et tantes, grands parents vivent ensemble dans ce village de pêcheurs. Son père, gendarme et garde du corps du président, est un ancien champion de lutte. Sa mère travaille à la base française toute proche. L’application des enfants à l’école est de mise. Il est bon élève, curieux et respectueux. Parmi les exigences, il y a une rondeur, celle du ballon de football. À la sortie de l’école, il accompagne ses frères à l’entraînement et amuse le ballon dans son coin. Puis vient le temps où il intègre l’équipe de Ouakam en première division. Et celui où il est sélectionné pour entrer dans l’équipe des moins de 15 ans du Sénégal. Sa mère accepte et c’est un destin en roue libre qui s’enclenche. Le lendemain, Eric Martin de passage à Dakar pour le recrutement de l’ASNL n’a d’yeux que pour le jeu du numéro 8… 

Une adolescence faite d’exigences

Nous sommes en novembre 2000, Nancy l’accueille sous la neige au Centre de formation de la Forêt de Haye. L’entraînement commence immédiatement, l’acclimatation est rêche sous ce froid inconnu mais il sait que les meilleures conditions lui sont offertes pour réussir dans sa passion. Parti pour un mois d’essai, l’adolescent joue et séduit. Il enchaîne avec un difficile parcours de sport-études à Nancy, mêlant enseignement classique et 6 heures de sport par jour. Il adopte sous le signe de la loyauté cette nouvelle famille lorraine. 18 mois après, il intègre l’équipe de réserve des professionnels et fin 2001, l’équipe des pros de Nancy. Un chemin qui s’enrichit de la coupe de la ligue et de l’UEFA en 2006 jusqu'en quarts de finale.

Un parcours international

Et il s’envole ! D'abord 5 ans au Dynamo de Kiev puis un passage de 6 ans à Saint-Etienne qu’il aurait aimé prolonger. Deux ans à Lyon, il retrouve dans la capitale des Gaules, l’ambiance des grands clubs. Ensuite 3 ans en Espagne et 2 ans en Turquie. Le voyage est bouclé sur un retour à Nancy en 2017. Un retour aux sources dans cette ville où il se sent chez lui. Avec l'ASNL cette année-là, il monte en Ligue 1. Au bout de 6 mois, des hernies discales lui prescrivent l’arrêt du football. 

Nancy, sa ville 

À 35 ans, il reprend les études pour devenir entraîneur professionnel. Plusieurs fois par semaine, il est entraîneur bénévole au Club de football de l’AM.S. du Haut du Lièvre. Ce club associatif compte plus de 350 licenciés et travaille d’arrache-pied à entraîner ses sportifs du quartier ou des alentours, enfants et adultes qui viennent caresser le ballon, parfois en difficulté. Ce prix « Nancy citoyenne », Pape Diakhaté le voit également comme la reconnaissance de l’investissement de ses bénévoles. Celui qui parle wolof, français, anglais, russe et espagnol, passe à Nancy du temps avec ses enfants, va au cinéma, lit des biographies, pratique le cross fit. Il se promène en Vieille Ville, s’arrête place Stan ou se repaît de l’esprit brasserie de l'Excelsior. Cet homme qui aime tant Nancy, qui porte haut ce prénom Pape, on se plaît à l’imaginer, un jour, en entraîneur de l'ASNL. Qui sait ? l’avenir paraît sans limites quand s’achève une rencontre avec lui...

Mon endroit préféré à Nancy : la Ville Vieille
Mes douceurs nancéiennes : les bergamotes

Situer

Informations annexes au site