Ils font Nancy, Culture

MS Foucherand-Frison

Discrète, elle musarde ou se perche, comme l’oiseau. Elle peint ensuite, quelque chose de joli, quelque chose de simple, quelque chose de beau, quelque chose d'utile… MS Foucherand-Frison cultive l’art du secret et du joli détail.

Publié le

La femme au pinceau

Son berceau resté à Saint-Etienne, la voyageuse posera plus tard sa tête bien faite et ses cartons remplis de couleurs à Nancy. Doctorante en littérature, elle s’y épanouit dans ses domaines de prédilection que sont la peinture, la traduction et l’écriture. 

Sa boîte à inspiration déborde ! Elle vient de terminer la traduction d’un recueil de 50 textes d’humour américain 1900 et d’un récit autobiographique dont l’action se situe dans les bayous du Mississippi en 1850. Elle prépare un guide du self-help pour enfants et un ouvrage documentaire sur l’humour.

Le grand écart entre Mucha et Franquin

MS peint en autodidacte depuis l'âge de deux ans, sans jamais se lasser. Elle aime l’art, à la fois pour son côté intellectuel et son côté artisanal, ne compte pas les heures. Ses activités artistiques signent un art vivant et utile, d’où sa préférence pour l’acrylique sur toile et son rendu vif, optimiste, joyeux.

« J’ai très tôt choisi pour modèles Alfons Mucha, peintre tchèque des années 1900 et André Franquin, célèbre dessinateur de Spirou. À 12 ans j’ai découvert les affiches publicitaires de Mucha, qui m’ont influencé par leur style décoratif foisonnant, coloré et minutieux. Quant au grand maître de la bande dessinée franco-belge, c’est son art de ne pas se prendre au sérieux allié à la virtuosité de son trait qui constitue à mes yeux l’enseignement le plus important de son œuvre ». 

L’artiste aime les détails et les vues originales. Pour les capturer, elle grimpe dans les immeubles, sonne aux portes, prend des clichés, traduit en peinture en gommant le gris et la pluie. Émile André, Émile Friant, Victor Huel père et fils, Louis Majorelle, Jules Schneider, Lucien Weissenburger... la fascinent. La richesse de l’architecture nancéienne lui a d’ailleurs inspiré une première exposition de toiles, dédiée au bâtiment d’une célèbre banque nancéienne, emblématique de l’Art Nouveau.

« C'est à Nancy que j'ai ressenti une joyeuse motivation créatrice, la volonté d'en faire un art de vivre »MS Foucherand-Frison conçoit la peinture du patrimoine comme l’occasion d’amener le public à faire attention à des détails, à des vues insolites : Mascarons surplombant des portes cochères, balcons en fer forgés, vitraux d’immeubles privés, portails et murs délicatement gravés. Une façon de porter plus d’attention à la culture architecturale de la ville, afin d’en apprécier pleinement la valeur.

Sa balade préférée
Flâner le long des rives de Meurthe, parce que j’ai vécu longtemps près d’une rivière et que j’aime m’y trouver le dimanche avec d’autres promeneurs, au cœur de la ville.
Sa gourmandise nancéienne
Le thé à la mirabelle ! Je la cuisine souvent : terrine à la mirabelle, pâtisseries à la mirabelle… elle m’évoque gourmandise et volupté.

Contact : m.foucherand@sfr.fr
Exposition : Agence BNP Saint-Jean - 58 rue Saint Jean à Nancy -
Du 18 décembre au 18 janvier 2018

 

 

Informations annexes au site