Culture

Michaël Marche

Si la définition du mot artiste peut sembler encore floue, c’est en rencontrant Michaël Marche que nous saisissons que c’est un état qui nous prend dès l’enfance. Danseur, musicien, chanteur, sculpteur de forêt et irrémédiablement compositeur, ses scènes lorraines sont nombreuses et diverses.

Publié le

Artiste en herbe

Michaël Marche grandit à quelques dizaines de kilomètres de Nancy, à Vézelise. Entouré de parents professeurs et  ouverts aux arts, il commence la danse classique dès l’âge de 4 ans. Si sa motivation première fut la compagnie enfantine d’une jolie petite danseuse, il continuera jusqu'à l’adolescence, élève de la reconnue Marie-Claude Deluce à Neuves-Maisons. Michaël Marche est perfectionniste et c’est la même conscience qu’il applique en apprenant le violon pendant plus de 10 ans. A l’enseignement de ce répertoire classique, il se révèle mélodiste. La génétique y a sans doute mis son grain de sel, avec une mère soprano amatrice et un père fredonnant Brassens ou Ferré et peintre à ses temps de loisirs.

L’enfance se passe, vers 15 ans c’est l’attrait pour le chant et la guitare, le folk, Souchon, Cabrel, Le Forestier…

Accomplissement

En facs de lettres à Nancy, les années 90 lui offrent la belle vie. C’est le temps où il vit de petits boulots le jour et de musique à la nuit tombée, des années concerts à se produire le soir dans des bars ou des salles locales.
1993, un concours de musique pour jeunes créateurs dont il sort lauréat le propulse à la suite de Francis Cabrel. Il sort un premier CD, auteur-compositeur-interprète. Beaucoup de poésie entre « Madagascar » ou « J’ai grandi ».
La vie se fait alors parisienne où il travaille également à écrire avec le charme qui le caractérise des mélodies pour les enfants. Ce sont « Les Comptines de Capucine » que les plus petits chantent à tue-tête. Un one woman show qu’ils devraient très bientôt entonner aussi à Nancy avec Caroline, chanteuse lyrique de l’Opéra national de Lorraine.
Joué à la Comédie de Paris tous les week-ends depuis sa création, ce spectacle laisse toute sa place à l’enfant pour interagir dans l’histoire, 40 minutes de bonheur sous les comptines les plus classiques adaptées au présent.

Fantaisies d’artiste

Michaël Marche ce sont aussi des « bêtises » filmées depuis 5 ans dans les rues de Nancy, une websérie avec des lorrains déglingos quarantenaires, Mission Jean Dujardin.
Parlons d’un court-métrage burlesque à Thionville avec Sébastien Cochin, d’un temps de théâtre à la Manufacture dans la peau d’un curé lors de « Confessions », de représentation pour la section cinéma du Lycée Poincaré …
De multiples facettes qui se nourrissent de littérature avec Philippe Claudel, les auteurs américains, « Le Monde selon Garp » ou l’autobiographie de Mark Twain. En travaillant également avec les Artisans d’Art, Michael Marche sculpte le bois pour réaliser les oniriques et extraordinaires décors végétaux de la « Licorne Verte ».

Avec toute l’élégance poétique qui le caractérise, il partage des balades au Parc Sainte Marie ou le long du canal, cuisine avec amour pour ses parents un gigot boulangère, exprime son amitié gourmande Chez Henri et picore des mirabelles, perles sucrées d’une terre lorraine bien inspirante.

Situer

Informations annexes au site