Ils font Nancy

Guénolé Matthias-Laot & Quentin Thomas

Diplômé de la Faculté de Médecine et de l’Institut d’Administration des Entreprises de Nancy, Guénolé Matthias-Laot cumule les casquettes de soignant manipulateur en radiologie, d’ingénieur biomédical et… de gestionnaire de start-up.

Publié le

Un parcours à 100 à l’heure étonnant pour ce Nancéien d’à peine 25 ans. Avec son confrère des bancs de Médecine, Quentin  Thomas, il a monté le projet Sysark. L’objectif ? Créer un dispositif médical permettant de protéger les patients et les professionnels de santé exposés à la radioactivité dans les services de médecine nucléaire.

Principe innovant

« Lorsqu'un patient vient faire une scintigraphie, on lui injecte un médicament liquide légèrement radioactif, qui se fixe sur les cellules osseuses. On capte alors les radiations de ce traceur pour en faire une image, plus précise qu’une radiographie classique », explique Guénolé. Pour le manipulateur radiologique, qui s’expose 20 à 50 fois par jour aux radiations lors de la préparation et l’injection du médicament, « la dangerosité est connue », précise le jeune homme - qui parle d’expérience. Les soignants consacrent également la moitié du temps à préparer les produits. « Cela m’a travaillé. Je me suis demandé s’il n’était pas possible de libérer ce temps pour le consacrer aux patients », raconte celui-ci qui admet avoir « toujours eu un esprit ingénieux et aimé trouver des solutions aux problèmes. » Depuis deux ans et demi, l’équipe Sysark s’est donc lancée dans l’élaboration d’un robot assistant capable de préparer de manière autonome les médicaments scintigraphiques pour l’imagerie nucléaire. « Le soignant est ainsi protégé de la radiation et mieux à même de se consacrer à la prise en charge des patients. » 

Entrepreneuriat extrêmement vivant 

Finalisé au Centre de Recherche en Automatique de Nancy de l’Université de Lorraine, le projet est soutenu par l’Incubateur Lorrain, le Pôle Entrepreneuriat Etudiant de Lorraine, la SATT Grand Est et le CHRU de Nancy. Reconnu pour son caractère innovant au service de l’intérêt général, il a reçu le Prix Pépite -Tremplin pour l’entrepreneuriat 2016 et bénéficié cet été d’une mise à l’honneur et d’une aide de la Ville au travers du prix « Nancy Jeunes » lancé par la nouvelle équipe municipale.

À chaque étape, nous avons rencontré des acteurs publics pour nous accompagner. Tous se sont montrés curieux, attentifs et ont souhaité nous aider à nous lancer, reconnaissent les deux jeunes hommes.

« Chaque jour, nous évoluons dans un environnement de travail qui nous encourage et nous donne les moyens de nous dépasser. L’entrepreneuriat à Nancy et en Lorraine est extrêmement vivant, et soutenu. C’est une chance extraordinaire pour les initiatives et le territoire. Dès 2018, des prototypes seront prêts et des essais cliniques seront effectués en milieu hospitalier. Cela nous permettra de confronter notre machine aux réalités du terrain. Grâce à ces retours d’expérience, le prototype pourra ensuite devenir un produit industriel abouti. À nous maintenant de convaincre les investisseurs que nous sommes la bonne équipe, avec le bon état d’esprit, sur le bon projet ! »

Nos endroits préférés à Nancy :
Guénolé : le parc de la Pépinière
Quentin : le parc de la Cure d’air

Nos douceurs nancéiennes :
Guénolé : la boulangerie Chez Georges, près du parc Ste Marie
Quentin : un Saint Epvre de la patisserie Adam

Informations annexes au site