Entreprise

Daniel Brogard

Quel Nancéien ne l’a jamais salué ? De Daniel Brogard, nous pouvons nous avancer à dire que c’est une figure de notre cité ducale et pourtant, il cultive la discrétion. De la Pépinière à la Forêt de Haye, depuis les origines, il veille sur nos âmes d’enfant…

Publié le

Quatre générations de Nancéiens pour histoire

Ses parents Pierre et Micheline sont des industriels forains. Sur les routes, ils font voyager leur train fantôme. C’est alors le plus grand d’Europe, une attraction extra-ordinaire, 20 mètres de long, 13 mètres de haut, fabriquée à leur initiative par l’entreprise de la famille Mack (cf Europa Park). Leur fils, Daniel, passe son enfance à Nancy chez sa grand-mère, dans le quartier des Trois-Maisons, à l’ambiance familiale. Depuis 1939, sa grand-mère fait tourner le manège de la Pépinière : « C’était osé » dira plus tard le docteur Schmitt, maire de Nancy de 1933 à 1944, qui souhaitait à l’époque apporter de l’animation au sein du parc.

Entreprendre !

Daniel Brogard a 18 ans lorsque sa grand-mère lui propose de reprendre l’exploitation du manège. C’est un travail difficile, le manège est ouvert toute l’année, le temps accordé à la maintenance est important… il accepte. Avec les années, il fait en sorte que le manège garde son identité. La tempête de 1999 le verra broyé par la chute d’un arbre ; une étape douloureuse que Daniel Brogard surmontera, l’amour pour sa ville chevillé à l’âme. À la Audiard, comme dans les films qu’il apprécie, les enfants l’appellent parfois Tonton ou « le Monsieur de la Pépinière ». C’est qu’il en a vu des Nancéiens grimper sur les chevaux de bois, jusqu'à 2 ou 3 générations dans certaines familles. Par le biais de ce manège qui fait aussi figure de communion sociale, il voit évoluer notre monde. C’est avec l’esprit d’entreprendre qui le caractérise qu’en 2002, il regarde la Forêt de Haye, un lieu de promenade qui n’offre alors que le minigolf comme loisir. Avec sa sœur et deux de ses neveux et nièces, ils le reprennent et créent la Forêt de Goupil, avec une solidarité et un esprit de famille qui concernent également ceux qui travaillent à leurs côtés. L’entreprise se développe avec les années et un Laser Game a tout récemment enrichi le panel des attractions. Une climatisation écologique selon le principe du puits canadien, des composants anti-bruit dernière génération, des équipements de jeux ultra-modernes, des entreprises nancéiennes à pied d’oeuvre, des artistes lorrains qui décorent les murs… un parti-pris d’exigences dont la famille ne se départit jamais.

Sa place est ici

Tout à trac, il accepte d’ouvrir une fenêtre de son intimité. Son neveu atteint du virus a repris le manège de la Pépinière mais Daniel Brogard parcourt toujours avec bonheur ce parc dont il connaît les moindres recoins. Son esprit appartient à la ville vieille, à la Place Stanislas, à ce quartier des Trois Maisons où il dépose encore son bulletin dans les urnes. Les jours de vacances qu’il s’octroie ne l’éloignent jamais bien longtemps de Nancy. Il aime ouvrir un album de Tintin aux pages décolorées, lire la presse, partager une potée lorraine, découvrir les talents de la cuisine gastronomique au hasard d’une belle adresse et par-dessus tout voir son entourage heureux. Nous n’en saurons pas plus. Mais d’une chose nous pouvons être sûrs, les têtes n’ont pas fini de tourner !

Mon endroit préféré à Nancy : le centre historique
Mes douceurs nancéiennes : innombrables !

Situer

Informations annexes au site