Le nouvel Ehpad Notre-Maison

C'est l'une des grandes réalisations de ce mandat 2014-2020. Après presque 2 ans de travaux, l'Établissement d'Hébergement des Personnes Âgées Dépendantes Notre-Maison va quitter ses illustres locaux de la rue des Jardiniers pour s'installer place de Cincinnati, dans le quartier des Rives de Meurthe. Un projet au cœur des grandes questions sociales d'aujourd'hui.

Sur certains murs extérieurs se dessinent en relief des bambous. La glycine n'attend plus que les beaux jours pour s'élever sur la façade donnant sur le boulevard d'Austrasie. Dans le jardin adapté de 400 m², des bacs thérapeutiques pour de futurs ateliers de plantation trouveront bientôt leur place. Quant aux quatre étages que compte l'établissement, tous portent le nom d'une fleur. Le bien-être, un havre de vie, c'est le leitmotiv de l'Ehpad Notre-Maison qui s'installera dans ses nouveaux locaux du quartier Rives de Meurthe à partir du 18 juin prochain.

Implanté rue des Jardiniers depuis sa construction à la fin des années 50, Notre Maison, aujourd'hui géré par le Centre Communal d'Action Sociale de Nancy, se devait d'évoluer.

80 % des chambres sont agréées « prêt locatif social »

« Le projet a été imaginé en 2009 et confirmé et lancé en 2014 par le nouveau maire Laurent Hénart, explique Valérie Debord, adjointe déléguée à la cohésion sociale, aux solidarités et aux seniors. Il s'agit d'avoir à Nancy un établissement plus adapté à l'évolution de la dépendance mais également à certaines pathologies comme Alzheimer, afin de garantir une qualité de prise en soin optimale et un confort hôtelier adapté pour les Nancéiens et leurs familles. » 

Plus vaste et plus moderne, le nouvel établissement proposera à ses 152 résidants, contre 111 aujourd'hui, un éventail de prestations de qualité : salon de coiffure, accueillant des professionnels libéraux, épicerie, espace multimédia avec deux postes informatiques mis à disposition, cafétéria, salle d'animation avec grand écran ou encore salle d'éveil sensoriel.

La fibre optique permettra à chaque résidant de bénéficier, s'il le souhaite, d'un accès Internet et d'une ligne téléphonique. Les chambres d'une taille de 22 m² seront dotées d'une salle d'eau avec douche particulière. Trois peuvent accueillir des couples. 80 % d'entre elles sont agréés « prêt locatif social », ce qui permet de les accorder à des personnes dont les revenus n'excèdent pas un certain niveau de ressources. « L'établissement, entièrement alimenté en chauffage urbain, bénéficie également d'un plateau technique avec une salle de kiné et de psychomotricité, des locaux infirmiers et de préparation médicamenteuse et pré-équipés pour recevoir, à terme, une balnéothérapie et un siège dentaire, facilitant ainsi les soins », précise Stéphane Rozzi, directeur de l'Ehpad.

Deux unités de vie protégée et un accueil de jour

L'un des étages est dédié à deux unités de vie protégée dont la capacité d'accueil est de 28 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou de troubles cognitifs associés. Elles donnent chacune sur une terrasse de 200 m² avec parcours cognitifs, des aménagements qui favorisent la stimulation. Enfin, un accueil de jour de six places sera situé indépendamment au rez-de-chaussée et permettra de soulager les familles et aidants.

Ce nouvel équipement représente un investissement de 15.2 M€ TTC, dont 0.9 M€ financés par des subventions de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie, ainsi que 0.9 M€ de subventions liées aux droits de priorité pour 26 lits réservés par les régimes de retraite AGIRC-ARRCO et la MGEN. Un bail emphytéotique administratif a été signé avec le groupe SNI pour la réalisation, le financement et la maintenance de l'Ehpad, dont le CCAS sera locataire pendant 30 ans avant d'en récupérer la pleine propriété. La maîtrise d'ouvrage du chantier a, quant à elle, été confiée à l'entreprise Demathieu & Bard.

Un nouvel équipement pour les Rives de Meurthe

C'est un quartier emblématique de Nancy, puisqu'il fait l'objet d'une reconversion quasi totale depuis la fin des années 1980. À la fois quartier d'affaires et espace résidentiel, les Rives de Meurthe se dotent progressivement d'équipements publics à vocation éducative (une crèche familiale, deux écoles maternelles, une école primaire, un grand pôle universitaire, deux MJC), culturelle (L'Autre Canal), commerciale (magasins et restaurants), ludique (complexe cinéma/bowling), sportive (nouveau skatepark, stade Matter, pôle nautique) et sociale, tout en respectant le patrimoine industriel et le cours de la Meurthe qui le traverse du sud au nord. Notre Maison est une étape de plus dans le maillage de ce territoire, en attendant l'ouverture de la nouvelle pépinière culturelle et créative, fin 2019 sur le site des Anciens Abattoirs.

Valérie Debord : « Accompagner les seniors, un choix de société »

Actuellement, Nancy compte 17 %  de personnes âgées de plus de 60 ans. Elles seront 30 % en 2040. Par ailleurs, 45 % des plus de 85 ans du département résident dans la cité ducale, attirés par un cadre de vie en appartement plus pratique et plus léger qu'une maison. C'est pourquoi la Ville de Nancy fait de la prise en charge de cette partie de la population une priorité.

« Nous avons observé l'émergence de ce fait de société avec beaucoup d'attention. Il y a une forte évolution démographique, qui représente un véritable défi, avec toutes ses composantes qui vont du bien être au cadre de vie, avec bien entendu la réponse à la problématique de la dépendance », souligne Valérie Debord, adjointe en charge de la cohésion sociale, des seniors et des solidarités. « Après l'implantation de l'Ehpad, la Ville de Nancy va travailler notamment sur l'accueil des couples au sein des résidences autonomie de son territoire. »

Tout ce travail s'inscrit depuis 2016 dans la démarche « Ville Amie des aînés », pilotée par l'Organisation Mondiale de la Santé et à laquelle Nancy adhère. Cette initiative vise à aider les villes à se préparer au vieillissement et à l'accroissement de la population. Des services de portage de repas, de téléassistance, de visite à domicile ou encore de service d'accompagnement de la précarité sociale ont ainsi été mis en place par la Ville de Nancy.

En chiffres

  • Un investissement de 15.2 M€
  • Un bâtiment neuf de 7 700 m²
  • 152 résidants
  • Près de 100 équivalents temps plein ainsi que des personnels assurant la continuité du service au quotidien
  • 20 mois de travaux
  • Première pierre posée le 28 octobre 2016