Une cité commerçante et animée

Les commerçants et les artisans sont des acteurs majeurs et singuliers de la ville. En contact quotidien avec les habitants, ils vivent et ressentent de manière immédiate
les évolutions de la conjoncture.
Pour soutenir l’activité commerciale, particulièrement en temps de crise et de changements des modes de consommation, nous voulons suivre une stratégie de développement opérationnelle, fondée sur les résultats de diverses études et sur le suivi annuel effectués en partenariat avec l’ADUAN.

En lien avec le Grand Nancy et les Chambres consulaires, nos premiers partenaires pour le développement  économique, et  avec les professionnels,  nous travaillerons  d’abord au renforcement  de la dynamique  commerciale.  Pour rester le 1er pôle commercial de l’agglomération  et conquérir de nouveaux «  clients  »,  Nancy doit notamment  assurer le suivi des rotations, accompagner les implantations, prospecter des enseignes.

Nous apporterons également un soutien particulier à l’animation des secteurs à enjeux, la rénovation et la modernisation des pôles commerciaux des quartiers.

Un dialogue nouveau et approfondi

La volonté de dialogue sous-tend l’ensemble des projets de  la Ville de Nancy.  C’est un mode de gouvernance qui touche autant l’économie que la citoyenneté.

Nous souhaitons donc mettre en place deux nouveaux outils au service d’une meilleure connaissance entre la Ville de Nancy et les commerçants, d’une meilleure circulation de l’information et d’une attention particulière aux enjeux localisés.

ACTION créer un « développeur du centre-ville », pour accueillir directement les commerçants et être leur interlocuteur unique. Il sera chargé de la coordination et du suivi des mesures.

ACTION développer les « cafés du commerce » initiés depuis le début de ce mandat. Réunissant le maire et les commerçants au fil des quartiers, ils doivent permettre de faire remonter les problématiques et de partager des suggestions.

Indicateurs dévaluation 

  • Nombre de nouvelles implantations commerciales
  • Nombre de rencontres avec les commerçants

Six mesures pour l’attractivité commerciale

Plan dactions

prospecter les enseignes à haute valeur ajoutée, en étroite relation avec la Communauté urbaine du Grand Nancy et l’ADUAN, présentes sur les grands salons de l’immobilier commercial ;

soutenir les initiatives des associations de commerçants de quartier, par du conseil, de l’orientation et le soutien à leurs animations ;

accompagner la rénovation des vitrines et devantures par un travail sur le patrimoine urbain, afin d’améliorer l’image des quartiers commerçants ;

suivre les rotations commerciales avec un service multiple : informations sur les services nancéiens, orientation vers la plateforme de service aux entreprises, courriers de bienvenue, visites des élus et agents du service, identification des problématiques quotidiennes, anticipation des difficultés relatives à chaque étape de la vie des commerçants, actualisation des fichiers ;

avec le concours de la plateforme de relation avec les entrepreneurs et du « développeur du centre- ville », lutter contre la vacance commerciale en utilisant plusieurs services : prise de contact avec les porteurs de projets commerciaux, accueil, orientation, travail en réseau avec les partenaires du territoire (Grand Nancy, Chambres consulaires, ADUAN…) ;

développer laccompagnement à la transmission dentreprises, couplé à des opérations d’agrandissement ou de modernisation de cellules commerciales.

Indicateurs dévaluation

  • Taux de rotation commerciale
  • Taux de vacance
  • Analyse du positionnement commercial des nouveaux arrivants

Soutenir l’animation des secteurs à enjeux

Le  développement  et  l’animation de certains secteurs représentent un enjeu majeur pour la Ville de Nancy. Le Marché Central et les grandes places du cœur de ville (Charles III, Thiers, Stanislas…) sont ainsi des nœuds commerciaux emblématiques, qui doivent faire l’objet d’une vigilance particulière. Leur rénovation a d’ailleurs un impact immédiat sur les linéaires et sur l’attractivité globale du centre-ville.

Pour être à la hauteur de ces enjeux, nous voulons impliquer les commerçants et leurs associations dans l’organisation de manifestations qui contribuent  à animer la ville, en complémentarité avec notre programmation culturelle et événementielle.

Nouveaux horizons pour le centre commercial Saint Sébastien

L‘acquisition  en 2014 du centre commercial Saint-Sébastien par le groupe Hammerson permet d’envisager sous un nouveau jour l’évolution globale de cet établissement.

Considérant son rôle majeur dans l’activité  économique du centre-ville, nous voulons accompagner son devenir.

D’une part, il faudra faciliter la rénovation intérieure envisagée par le nouveau propriétaire.

D’autre part,  il semble nécessaire d’aborder  tous  les projets  permettant sa meilleure  insertion  dans l’espace urbain  et patrimonial du quartier,  en travaillant sur la jonction entre la ville historique et Nancy Grand Cœur.

ACTION : créer un marché aux fleurs sur la place Charles III, dédié en particulier aux productions florales et arbustives de l’École de Nancy. Il sera couplé à manifestations favorisant les produits bio et du terroir.

ACTIO: en accord avec l’association Les Vitrines de Nancy, confirmer l’installation annuelle du Marché de Saint-Nicolas sur la place Charles III.

ACTION : favoriser une dynamique gastronomique à l’échelle de la notoriété de la ville, en développant notamment la Fête de la Gastronomie chaque année au mois de septembre.

Indicateurs dévaluation

  • Création du marché aux fleurs
  • Manifestations ayant fait l’objet d’une coordination avec les commerçants

Rénover et moderniser les pôles de quartiers

Les  comportements  d’achat  des ménages changent.  L’attrait  des grands hypermarchés de périphérie s’efface pour laisser place à l’envie de revenir faire ses courses dans des pôles de proximité, avec l’exigence d’une offre commerciale équivalente.

Nous devons être attentifs à ces évolutions. D’un côté, une réflexion globale doit être apportée aux problématiques quotidiennes des commerçants et aux nouveaux modes de fonctionnement  de la clientèle, avec l’objectif du maintien de cette offre de proximité.

De l’autre, il faut accompagner la structuration des « centralités commerciales » qui s’opèrent dans les quartiers, notamment en facilitant le regroupement d’établissements commerciaux ou d’activités isolées sur des linéaires en déshérence commerciale.

ACTION : favoriser la mise en place de nouveaux services de proximité : point-relais de livraison, plateformes logistiques permettant de résoudre la question du « dernier kilomètre », services communs et conciergeries d’entreprises et de quartier.

ACTIO: développer des animations de quartiers en lien avec les associations de commerçants.

Indicateurs dévaluation

  • Participation aux travaux des associations de commerçants dans les quartiers
  • Nombre de projets d’animation des pôles commerçants