Une ville plus sûre

La société change. La gestion de la sécurité et de la tranquillité publiques impose de nouvelles réponses de la part des institutions. Il faut adapter nos organisations et nos outils pour les positionner à la hauteur des attentes citoyennes.

À Nancy, comme dans toutes les grandes villes, la commune doit assurer la protection de tous les habitants en partenariat étroit avec l’Etat, qui demeure le seul garant de l’ordre public. La mise en place d’une Zone de Sécurité Prioritaire en 2013, couvrant certains quartiers de la ville et d’autres communes du Grand Nancy, souligne la nécessité d’agir avec fermeté et attention.

Parce qu’il ne faut pas de démagogie ni de dogmatisme en la matière, parce que la sécurité est une problématique régalienne et républicaine, nos réponses doivent être réfléchies, mesurées, adaptées à chaque situation et à la réalité du territoire.

Il est indispensable de mener à la fois des actions de prévention et de répression. La Ville doit organiser une présence policière sur le terrain, en proximité, avec les habitants et les commerçants notamment, de manière visible et durable. En soutien de l’Etat, elle doit agir pour faire respecter l’ordre public, en renouvelant et adaptant ses outils, en étant sur le terrain jour et nuit, en montrant une capacité d’intervention et de réaction accrues.

Ce sont l’ensemble de ces mesures qui contribueront à faire reculer durablement les phénomènes de délinquance urbaine auxquels nous faisons face.

 

Une prévention active et partagée

Deux instances opérationnelles ont été mises en place pour amener les acteurs de la sécurité à coordonner leurs actions de prévention de terrain : les Groupements Locaux de Traitement de la Délinquance, sous l’autorité du Procureur de la République, et le Conseil Intercommunal de la Sécurité et de Prévention de la Délinquance, sous l’autorité du Président du Grand Nancy. La Ville de Nancy y participe activement, en tant que ville centre de l’agglomération.

Ces partenariats ont abouti à la signature d’un nouveau Contrat Local de Sécurité du Grand Nancy pour la période 2013-2018. Il a été élaboré avec le concours de très nombreux acteurs locaux : l’État, la Police Nationale, la Justice, le SDIS, les bailleurs sociaux et transporteurs, les 20 communes de l’agglomération.

Il organise 4 axes de travail : la préservation de l’espace public (dégradations et nuisances), la prévention des comportements à risques (errance, occupations abusives de halls), la prévention sociale (aide aux victimes, lutte contre les violences familiales et faites aux femmes), l’approfondissement des partenariats. Ces axes sont la traduction d’une analyse territoriale partagée et d’une volonté de se donner des objectifs opérationnels.

Pour la Ville de Nancy, ce contrat local donne le cadre de l’action préventive. Il permet d’agir de manière globale, de suivre la mise en œuvre des mesures et d’être en contact permanent avec les partenaires, avec notamment des réunions régulières de coordination entre les polices.

Il guide surtout le travail effectué par notre police municipale, en coordination avec celui de l’Etat. Dans les années à venir, il doit être suivi et renforcé. Il sera évalué dans le cadre du comité de suivi du Contrat Local de Sécurité.

Indicateurs dévaluation

  • Nombre de GLTD et de CISPD
  • Nombre de réunions de coordination des polices
  • Nombre de patrouilles mixtes

Trois nouveaux outils pour la prévention

1. Une « Charte Nancy la Nuit » :

coproduite avec les établissements concernés, les riverains et les associations d’étudiants, cette charte concrétisera le travail préparatoire mené avec les différentes parties prenantes années. Elle permettra de disposer d’un nouvel outil de médiation dans les secteurs concernés par les problématiques nocturnes. Elle sera évaluée en mesurant l’impact sur les incidents devant les établissements de nuit (rixes et agressions notamment).

2 Un bilan annuel devant le Conseil municipal :

un débat aura lieu chaque année en séance publique sur les problématiques de sécurité. Insérée dans le nouveau règlement du Conseil municipal, cette séance permettra une meilleure communication sur l’ensemble des actions prises par les acteurs de la sécurité sur le territoire. Des chiffres de la délinquance pourront être présentés par les représentants de l’État et les actions des différents partenaires explicitées.

3. Des campagnes d’information auprès et avec les jeunes :

en lien étroit avec le Conseil de la Vie Etudiante du Grand Nancy, qui sensibilise déjà les jeunes, des campagnes d’information et de communication seront conduites et renouvelées tous les ans. Le travail avec les établissements scolaires et les associations sera également renforcé, via l’action indirecte des Maisons de Justice et du Droit mais aussi au travers de l’action préventive de la jeunesse menée par le Procureur de la République.

Indicateurs dévaluation

  • Évolution du nombre de rixes devant les établissements nocturnes
  • Nombre de débats sur la sécurité au Conseil municipal
  • Nombre d’actions de prévention des conduites à risques

Une police municipale plus forte

Des missions adaptées et des effectifs renforcés

Les attentes en matière de sécurité- la nuit particulièrement - ont conduit la Ville de Nancy à créer en 2013 la brigade de soirée de Police Municipale. Dotée de 10 fonctionnaires supplémentaires, sa mission est d’accompagner l’Etat dans la mise en place de sa Zone de Sécurité Prioritaire.Pour aller plus loin, nous avons présenté au Conseil municipal du 17 novembre

2014 un nouveau cadre d’intervention pour la Police Municipale, de jour et de nuit, assortie de nouvelles actions en matière de sécurité et de tranquillité publique. Ce cadre est opérationnel depuis le 1er janvier 2015. Il marque un premier tournant concret dans notre politique de sécurité.

Les missions de la Police Municipale sont dorénavant structurées autour des trois axes suivants :

  • proximité, contact urbain et service auprès de la population ;
  • présence visible et rassurante sur la voie publique de jour comme de nuit, avec des horaires élargis ;
  • fluidité de la circulation et du stationnement dans le cadre du plan de déplacements urbains.

 

Contact, proximité et présence sur le terrain sont les maîtres mots de ce nouveau cadre au service des habitants.

ACTION : recruter sept policiers municipaux supplémentaires dès 2015.

ACTION : renforcer les brigades de nuit et les patrouilles mixtes en partenariat avec la Police Nationale.

ACTION : évaluer avec les services de l’Etat le nombre de sollicitations que la Police Municipale aura eu sur les thématiques « proximité »  et « commerçants ».

Indicateurs dévaluation

  • Nombre d’agents recrutés
  • Présence effective sur le terrain
  • Nombre de procès-verbaux

Des arrêtés pour la tranquillité

En 2013, la Ville a pris des arrêtés qui interdisent la consommation d’alcool sur certains espaces publics et la vente d’alcool à emporter dans les magasins d’alimentation après 22h00, dans un périmètre correspondant au secteur sauvegardé et à la Zone de Sécurité Prioritaire. Ces arrêtés ont permis aux Polices Municipale et Nationale de faire des procédures qui ont amené le Préfet de Meurthe-et-Moselle à prononcer des mesures de fermeture administrative de ces établissements, tout comme certains établissements de nuit.

Constatant des points de cristallisation surtout au centre-ville, le Maire prend, quand cela est nécessaire, un arrêté interdisant le regroupement d’individus sur certains espaces publics, lorsque leur stationnement est prolongé. Ces mesures permettent de lutter contre les sollicitations abusives de la population, la consommation d’alcool et la possession non maîtrisée de chiens sur l’espace public.

 Indicateurs dévaluation

  • Nombre de procès-verbaux
  • Nombre de fermetures administratives d’établissements

Le renforcement la vidéo protection

En ce début d’année 2015, près de 200 caméras sont implantées su l’agglomération, chacune des 20 communes du Grand Nancy étant concernée.

Ces dispositifs fonctionnent de manière indépendante et autonome. Certains sont directement gérés par les communes, d’autres par le Grand Nancy. La Police Nationale dispose à son niveau d’un renvoi d’images pour 70 d’entre elles.

Cette juxtaposition complexifie la lisibilité globale et entraîne une individualisation de gestion qui nuit à l’efficacité qui pourrait être obtenue dans le cadre d’une mutualisation des systèmes et d’une exploitation en temps réel.

ACTION : d’ici la fin du mandat, porter de manière concertée le nombre de caméras à 300 sur l’agglomération nancéienne, en suivant les besoins des quartiers.

ACTION : sur la base des propositions d’un groupe de travail dédié, raccorder l’ensemble des réseaux à un centre de supervision urbain (CSU) créé à l’échelle du Grand Nancy.

Indicateurs dévaluation

  • Nombre de caméras déployées
  • État d’avancement du centre de supervision urbain

 Depuis le 1erjanvier 2015

  • Une unité de contact urbain au plus près des commerçants, responsables des immeubles sociaux et établissements scolaires.
  • Une brigade de soirée sur le terrain du lundi au samedi de 18h à 3h.
  • Une brigade de circulation opérationnelle dès 6h.