Gestion de crise, Santé

Dégradation de la situation sanitaire : Mathieu Klein demande au Gouvernement d’anticiper

Face au rebond de l'épidémie en Meurthe-et-Moselle et sur l'ensemble de la Région Grand Est, Mathieu Klein, maire de Nancy, président de la Métropole du Grand Nancy, interpelle le Gouvernement pour demander d'anticiper au plus vite une troisième vague, préjudiciable pour les personnels soignants et sur le plan économique.

Publié le

« Depuis une dizaine de jours, la situation sanitaire sur le Grand Est ne cesse de se dégrader au point d’être aujourd’hui au même niveau qu’à la mi-octobre. Le taux d'incidence dans la Métropole du Grand Nancy a été multiplié par plus de deux, depuis début décembre - passant de 108 cas positifs pour 100 000 habitants le 3 décembre dernier, à 258 hier. 

En conséquence, la pression sur les établissements hospitaliers (publics et privés) sur la Métropole du Grand Nancy continue de croître. 140 patients atteints de la Covid-19 sont aujourd'hui hospitalisés au CHRU de Nancy. Ils étaient 111 il y a 10 jours. Cette situation entraîne déjà plus de 50 % de déprogrammation, tant en chirurgie qu’en médecine, au sein du Centre Hospitalier de Nancy.

Face à la progression de cette nouvelle vague, des décisions rapides et difficiles sont à prendre afin d’éviter une circulation incontrôlée du virus. L’étude réalisée par le CHRU de Nancy pour la Fédération Hospitalière de France, rendue publique dimanche dernier, modélise une augmentation continue de l’occupation des lits de réanimation par des patients COVID, avant même le 7 janvier, si aucune nouvelle mesure n’est prise.

Si le vaccin nous donne une perspective de sortie durable de cette pandémie, nous devons continuer à vivre avec ce virus et préserver la santé de chacun. Dans ce cadre, et pour permettre à notre système de soins de faire face, il ne peut y avoir de statu quo face à la circulation galopante actuelle.

Si le Gouvernement envisage un nouveau confinement, celui-ci doit être annoncé le plus rapidement possible, pour entrer en vigueur à compter du 28 décembre. C’est l’une des conditions pour permettre à chacun de s’y préparer au mieux et d’en limiter au maximum les répercussions négatives notamment en matière de déplacements.

Je mesure pleinement les efforts et les sacrifices que cela implique à nouveau, mais les décisions difficiles à prendre aujourd’hui, éviteront des drames plus nombreux encore. »

Mathieu Klein
Maire de Nancy
Président de la Métropole du Grand Nancy 
Président du Conseil de surveillance du CHRU de Nancy