Cadre de vie, Transition écologique, Santé

Restauration collective : plus de bio et de local dans l'assiette

La Région Grand Est et la Chambre d’agriculture du Grand Est ont organisé à l'Hôtel de Ville de Nancy, ce mercredi 16 octobre, les premiers États Généraux de la restauration collective. Objectifs : mieux manger, renforcer l'agriculture locale et bio, préserver les ressources de la planète.

Publié le

Cette rencontre s'est notamment déroulée en présence de Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, de Maximin Charpentier, Président de la Chambre régionale d’agriculture du Grand Est et avec l'intervention exceptionnelle de l'écrivain et économiste Jacques Attali, en guise d'introduction.

Les collectivités et les acteurs concernés par la restauration collective (communes, intercommunalités, départements, Région, établissements scolaires, CROUS, CHU...), rassemblés à Nancy, ont nourri une réflexion et un plan d'actions autour de trois priorités : 

  • développer l’approvisionnement de proximité et de qualité en lien avec l'impératif écologique,
  • rémunérer les acteurs de la filière au prix juste et respecter le travail des agriculteurs,
  • garantir à tous l'accès à une alimentation de qualité pour préserver sa santé.

La restauration collective est un levier fort pour soutenir l'agriculture locale et bio : les acteurs signataires représentent plus de 30 millions de repas par an, dont un million pour le seul territoire nancéien. Les cantines des écoles de Nancy proposent à ce jour 45 % de produits locaux et 20 % de produits bio.

Les premiers États Généraux de la restauration collective