Transition écologique, Cadre de vie, Dans mon quartier

Pollution lumineuse : la Ville signe une charte avec l'ANPCEN

Consciente des enjeux en termes de santé publique, de bien-être de la population, de biodiversité, d'écologie et de sobriété énergétique, la Ville de Nancy a rejoint le réseau des villes et des territoires recherchant des progrès en matière de gestion de la lumière artificielle nocturne, en signant une charte aux côtés de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANCPEN).

Publié le

Mathieu Klein, maire de Nancy, président de la Métropole du Grand Nancy, et Anne-Marie Ducroux, présidente de l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes ont signé la charte d'engagement volontaire de l'ANPCEN, au jardin Verlaine ce lundi 21 juin, en présence de Charlotte Marrel, adjointe déléguée aux mobilités, à la circulation, au stationnement et aux parkings.

Cet engagement a été adopté à l'unanimité en conseil municipal du 17 mai 2021.

L’éclairage public est le premier poste de consommation électrique des municipalités et représente souvent le deuxième poste des dépenses de fonctionnement. Par ailleurs, la pollution lumineuse a des impacts tant sur la santé des humains que sur la faune et la flore.

La Ville de Nancy révise ainsi actuellement les pratiques en cours. Elle travaille point par point, sur une couleur mieux adaptée de l’éclairage, éventuellement de sa durée, sur l’extinction des lumières inutiles, en améliorant les secteurs mal desservis. Dans cette démarche, elle prend également en compte les enjeux de la qualité de la vie urbaine, la sécurité des personnes et les besoins propres à l’activité économique des entreprises.

« En lien avec la Métropole du Grand Nancy dont c'est la compétence, et avec les bénévoles de l'ANPCEN, nous allons travailler finement sur le maillage de l'éclairage public à Nancy pour éclairer parfois mieux, parfois moins, parfois plus si cela s'avère nécessaire, mais de manière différente. Il y a une demande forte des habitants de réduction de la pollution lumineuse. C'est un sujet qui a été exacerbé par les périodes de confinement », a détaillé Charlotte Marrel.

Le dossier technique tient compte des nouvelles réglementations, notamment l’arrêté du 27 décembre 2018 relatifs aux éclairages extérieurs qui s’impose aux collectivités comme aux acteurs économiques. Il est le fil rouge de cette action.

L'ANCPEN, avec son expertise de plus de 20 ans, agréée et soutenue par le Ministère de la Transition écologique, accompagne bénévolement dans cette voie les collectivités locales. De plus, le label national "Villes et villages étoilés", organisé par l’ANPCEN, après un processus de notation des actions entreprises avec une approche globale, valorise les collectivités qui mènent au-delà de la seule réglementation des actions pour assurer un usage plus responsable et raisonné de l'éclairage public et des éclairages extérieurs. In fine ceci permet, en répondant aux besoins des habitants, de préserver l’environnement nocturne. Les paysages nocturnes sont reconnus aujourd’hui par la loi comme un patrimoine commun de la Nation, à protéger.