Nature en Ville, Festivités

Le 14ème Jardin éphémère se prépare en secret !

Travail titanesque réalisé par le service parcs et jardins de Nancy pour voir fleurir sur les pavés de la place Stanislas, du 30 septembre au 5 novembre prochains, un jardin… pas si éphémère.

Publié le

Côté coulisses. Nous sommes aux serres municipales, à 3km de la place qui sert depuis quatorze ans d’élégant écrin au jardin géant. Pierre Didierjean, directeur des parcs et jardins de la Ville, secondé par Stéphane Harter et leurs équipes, reconstituent avec un sens du détail sans pareil la prochaine manifestation sur le thème, cette année, de l’arbre. Il faut dire que le jardin est pensé plus d’un an avant, élaboré et testé avant la pose, réalisée au dernier moment pour ne pas dévoiler tous ses mystères…

Le développement durable en ligne de mire

Le « chantier végétal », en plein air comme sous serre, exhibe fièrement pots de fleurs à dimension irréelle, allées de plantes rares et constructions boisées. La réutilisation des matériaux des années précédentes est de mise, la sensibilisation du public sur les méfaits de la déforestation, une priorité. Un premier partenariat s’est par ailleurs contracté entre le jardin et le rectorat, désireux de multiplier les visites scolaires. L’esthétique tutoie ici la dimension pédagogique.

Le jardin 2017 en forme de feuille d’érable

Vu du ciel ou du balcon de l’Hôtel de Ville, le jardin concentrique revêt cette année la forme d’une feuille d’érable qui accueille dans ses nervures 12 scènes starifiant l’arbre (plan en téléchargement ici). Le périmètre de 359m sera constitué de 153 arbres et de barrières végétales réalisées pour beaucoup par les apprentis jardiniers des Mardis aux Serres.

La tige de la feuille d’érable fera office d’entrée principale, bordée par des arbres en pots, face à l’Hôtel de Ville. Quelques foulées plus tard, le promeneur s’aventurera dans une maison tropicale aux murs suintant des gouttes d’eau en circuit fermé. Un bassin alimenté par deux fontaines, au milieu de fougères, et un passage à gué parcouru de troncs coupés plongeront le visiteur dans une atmosphère moite.

Il entrera ensuite dans une forêt vosgienne, puis traversera un pont de dix mètres de long suspendu à 60cm au-dessus d’un plan d’eau où flotteront des radeaux de verdure, entourés d’érables du Japon. La température montera d’un cran avec la reproduction d’un charbonnier, son bois calciné et ses plantes couleur feu ; illusion renforcée par une machine à fumée. Derrière chaque scène, un message caché à la gloire de l’arbre, symbole de vie et producteur d’énergie.

Plus étonnant encore, ce dôme de biosphère en structure métallique d’où pendront des plantes, cerclant le socle de la statue de Stan… Au total, 277 assises (bancs, chaises et transats) permettront de contempler la beauté de ce 14ème Jardin qui pourrait bien renverser le record de 744.000 visiteurs établi l’année dernière.

En attendant le nouveau Jardin éphémère, revivez ici l'édition 2016.

Situer