Solidarité, Citoyenneté

La Ville de Nancy soutient la chercheuse Fariba Adelkhah, détenue en Iran depuis 2 ans

La Ville de Nancy s'associe à la campagne de soutien en faveur de la libération de la franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée par les autorités iraniennes pour menace à la "sûreté nationale" et "propagande" contre la République islamique. Une décision arbitraire, qui suscite l'indignation et une vague d'émotion à l'échelle internationale.

Publié le

Fariba Adelkhah, spécialiste du chiisme et de l'Iran post-révolutionnaire à Sciences Po Paris, a été arrêtée le 5 juin 2019 à Téhéran, tout comme son compagnon Roland Marchal. Ce dernier a été libéré en mars 2020 dans le cadre d'un échange de prisonniers. L'anthropologue, elle, est toujours privée de sa liberté sur la seule base de ses travaux universitaires.

Longtemps détenue à la prison d'Evin, elle est condamnée en mai 2020 à cinq ans de prison avant d'être assignée en résidence surveillée depuis octobre 2020 dans la capitale iranienne, sous le contrôle d'un bracelet électronique.

Deux ans plus tard, la Ville de Nancy n'oublie pas l'injustice dont Fariba Adelkhah est victime et rejoint les collectivités françaises, comme la Ville de Paris, qui réclament sa libération.

Son portrait est apposé sur une façade de l'Hôtel de Ville, rue des Dominicains, afin de continuer à protester contre cette atteinte à la liberté d'expression et aux Droits humains.