Nature en Ville

Japonica : le jardin éphémère 2018

La place Stanislas accueillera, du 29 septembre au 11 novembre, le 15ème jardin éphémère de Nancy. Attendu chaque année par des milliers de visiteurs, il se dessine secrètement sur le thème du Japon.

Publié le

Tradition et modernité

Il y a quarante-cinq ans, Nancy scellait son jumelage avec la Ville de Kanazawa, située sur l'archipel japonais. Cet échange international était déjà à l'honneur en 2003, lors de la première édition du jardin éphémère. La place Stanislas se parait alors de la splendeur et de la zénitude du jardin japonais.

La mouture 2018 ne compte pas jouer les redites. Aux serres municipales et dans le quartier général de la direction des parcs et jardins, Japonica s'esquisse.  Il s'inspire de la géographie, de l'histoire, de l'art contemporain et de la modernité du pays du Soleil-Levant. Une installation sonore inédite est également à l'étude, rendant grâce au tempérament extrême du territoire nippon. « Le Japon conjugue tradition ancestrale et technologie de pointe. Notre défi consiste actuellement à réinterpréter cette fascinante culture », souligne Stéphane Harter, chef de service. Pour les seconder, les parcs et jardins de la Ville s'entourent pour la première fois des architectes Camille Tourneux et Jérôme Piquand, et de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy. Pourquoi une telle collaboration ? Il n'y aura pas un mot de plus, Japonica se veut pour l'heure discret. 

Jardin 2017 : nouvelle vie pour les arbres

Le jardin précédent, intitulé Place à l'Arbre, transformait la place Stanislas en forêt pour le plaisir de 720 000 visiteurs. Avec pour modèle la « ville durable », la direction des parcs et jardins a acquis les arbres de cette édition dans la perspective de leur réemploi. Ainsi, depuis la mi-janvier, 10 cèdres de l'Himalaya (Cedrus deodara), 56 ormes de Sibérie (Zelkova Musashino) et 10 sapins d'Andalousie (Abies pinsapo) ont trouvé refuge au cimetière du Sud. Les ormes de Sibérie sont enracinés aux abords de l'allée centrale, les cèdres de l'Himalaya et les sapins d'Andalousie, replantés sur les rond-points.

Retrouvez notre page complète consacrée au Jardin éphémère 2017.

Situer