Gestion de crise, Santé

Crise sanitaire : l'heure est à la décision

Depuis début décembre 2020, la situation sanitaire se dégrade dans le Grand Nancy, avec deux niveaux d'alerte : le taux d'incidence, dont celui des plus de 65 ans, dépassant largement le taux d'alerte maximale et la tension au niveau de l’hôpital.

Publié le

Sur ce second point, la situation y est particulièrement préoccupante, avec une hausse continue du nombre de patients atteints de la Covid-19 :

  • Depuis le 10 décembre 2020, le nombre d'hospitalisation sur le seul CHRU de Nancy est passé de 110 à 170 aujourd'hui, soit plus de 50 % d’augmentation. La tension est forte également dans les cliniques privées.
  • Les services de réanimation ont dû augmenter leur capacité de 50 %, la moitié des lits étant occupés par des patients atteints de la Covid.

Et ce, alors même que l'effet redouté des fêtes de fin d'année, ne s'est pas encore fait ressentir. 

Au-delà du dispositif de dépistage exceptionnel mis en place à l'échelle du Grand Nancy, ayant permis à plus de 3 300 personnes de se faire tester avant le 25 décembre - le Grand Nancy étant la métropole au plus fort taux de dépistage du Grand Est -, Mathieu Klein avait appelé dès le 22 décembre, à des décisions rapides et fortes. 

Le couvre feu est une mesure tardive, qui risque de s’avérer insuffisante

Au regard des indicateurs, le gouvernement annonce une concertation locale en vue d’un couvre-feu étendu à 18h00, au 2 janvier 2021. Si la concertation est toujours utile, l’heure est à la décision. Si le couvre feu était inévitable pour enrayer la courbe des contaminations, on peut alors regretter son délai de mise en œuvre. Sans effets rapides, chacun doit avoir conscience que la question d’un confinement se posera à nouveau.

Le Grand Est, priorité nationale pour le déploiement de la vaccination

Aujourd'hui la vaccination est la seule perspective de sortie de l'épidémie. La campagne doit donc s'accélérer, notamment pour les plus de 65 ans, et se déployer plus rapidement, en priorité dans le Grand Est. 

Dès demain matin, Mathieu Klein rencontrera le préfet de Meurthe-et-Moselle et réunira les maires de la Métropole.