Solidarité

Cinq mesures sociales initiées par la Ville de Nancy

À l’occasion de la cérémonie des vœux le 10 janvier dernier, Laurent Hénart a annoncé plusieurs mesures budgétaires pour redonner du pouvoir d’achat aux Nancéiens. Objectif : répondre localement, avec les moyens dont dispose la commune et son Centre Communal d’Action Sociale, au besoin de justice sociale exprimé ces dernières semaines par les Gilets Jaunes.

Publié le

"La solidarité est un principe historique à Nancy. Au-delà du Grand Débat national dans lequel il faut s’engager, la Ville se devait de prendre des mesures immédiates." - Laurent Hénart

Placées au cœur du projet de ville Aimons Nancy, la solidarité et l’action sociale ont fait l’objet de mesures importantes depuis 2014 : mise en place de cantine à 1€ (elle bénéficie à plus de 1200 écoliers chaque jour), hausse de la part de logements sociaux (elle est passée de de 20 à 24% sur Nancy), ouverture d’équipements emblématiques comme le nouvel EHPAD Notre Maison, entièrement géré par le CCAS donc avec des tarifs modérés ou la seconde épicerie solidaire de la ville, dans le quartier d'Haussonville.

Avec le gel des taux d’impôts locaux, les dispositifs de solidarité permettent de protéger les finances des Nancéiens et d’organiser une redistribution au bénéfice de ceux dont le « reste à vivre », après le paiement de toutes les charges de vie quotidienne, est insuffisant.

Suite à la crise nationale déclenchée par le mouvement des Gilets Jaunes portant notamment sur les questions de fiscalité et de pouvoir d’achat des catégories populaires, qui travaillent mais se sentent lésées, Laurent Hénart a souhaité que des mesures complémentaires soient mises en place à l’échelle de la Ville, dès cette année. « La crise que nous vivons porte d'abord sur des problématiques nationales mais cela ne signifie pas que les élus locaux doivent rester les bras croisés, au contraire » explique le maire, qui a donc annoncé un effort budgétaire supplémentaire en direction de toutes les familles, des personnes âgées, des demandeurs d’emplois mais aussi des Nancéiens en situation d'isolement.

Ces cinq décisions ont été présentées au Conseil Municipal du 4 février 2019. Elles sont complétées par une mesure spécifique pour les agents de la Ville de Nancy, puisque les primes des fonctionnaires de la commune aux revenus les plus bas seront augmentées de 20% en deux ans.

Portées par Sylvie Petiot, première adjointe en charge du Développement économique, Valérie Debord, adjointe déléguée à la Cohésion sociale et aux solidarités, et Élisabeth Laithier, en charge de la Politique familiale et de la petite enfance, elles seront intégrées au budget 2019, ce qui signifie qu’elles sont immédiatement opérationnelles.

Situer