Familles, Santé

720 petits Nancéiens participent à l'Hôpital des Nounours

La Ville de Nancy soutient depuis sa première édition l'Hôpital des Nounours de l'Association des Carabins de Nancy (ADCN). Objectifs ? Dédramatiser l'effet "blouse blanche" chez les enfants venus soigner leur peluche et permettre aux étudiants en médecine de découvrir la prise en charge de jeunes patients. Cette année, 720 élèves de grande section de maternelle des écoles publiques de Nancy y participent, faisant de l'Hôpital des Nounours de Nancy le plus grand de France.

Publié le

Cette action de santé publique portée localement par l’Association des Carabins de Nancy (ADCN) et coordonnée par l’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France (ANEMF), a pour objectif de faire découvrir de façon ludique le monde médical à un jeune public qui généralement, éprouve une certaine inquiétude au contact des professionnels de la santé. Le but est de réduire l’appréhension que ces jeunes enfants pourraient avoir lors de futurs soins ou d’une éventuelle hospitalisation.

Après une première prise de contact mi-mars, les étudiants retournent dans les écoles nancéiennes jusqu'au 8 avril pour y déployer des services de soins reconstitués.

Selon les soins nécessaires à leur peluche, les élèves rencontrent différents professionnels de santé. De la première consultation avec la remise du carnet de santé, puis lors de l’annonce de la pathologie jusqu'aux rencontres avec les spécialistes, tout est mis en œuvre pour accompagner l’élève et scrupuleusement noté dans le carnet de santé du nounours. Chaque peluche sortira rétablie de ce mini parcours de soin.

Cette opération s'intègre au programme scolaire dans le cadre de la découverte du corps et des premières notions d'hygiène et de santé. Elle permet également aux étudiants de dialoguer et de prendre en charge un très jeune public.

Avec le temps, l'Hôpital des Nounours prend de l'ampleur. Au niveau national, près de 40 facultés de médecine se mobilisent pour accueillir près de 10 000 enfants chaque année. De portée internationale, cette action a obtenu de nombreux soutiens dont celui de l'UNICEF, du Ministère de l’Éducation Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la recherche. Elle a même été présentée à l'UNESCO.