Quartier Saint-Nicolas, Charles III, Ville Vieille, Trois Maisons, Léopold

Le cœur de Nancy est un haut lieu de vie, avec plus de 22 % des habitants de la ville, et 1 habitant sur deux âgé de moins de 30 ans. Il propose une ambiance unique et trépidante, entre patrimoine remarquable, petites places de quartiers, logements résidentiels, équipements culturels et activités commerciales.

Un peu d'histoire

Contrairement à la plupart des villes françaises, Nancy est une des rares cités qui ne s’est pas construite au bord d’une rivière. La cité ducale s’est en effet implantée à l’écart, sur une terrasse alluviale, pour se protéger de la zone de marécages engendrée par la Meurthe. 

C'est donc ici, au XIème siècle, que le duc Gérard 1er ou Gérard d’Alsace (1030-1070) a fondé, sur la voie qui mène de Metz à Saint-Nicolas-de-Port, la « Ville Vieille », cœur historique de Nancy.  

Ce petit hameau carolingien s’est développé considérablement au fil des siècles, pour devenir le centre administratif du Duché de Lorraine. Il a été étendu au XVIe siècle par le duc Charles III, qui décida d’étendre la ville au Sud, en créant la Ville-Neuve, ou Ville de Charles III, afin de répondre au développement démesuré des faubourgs de la ville médiévale extra-muros (rendu difficilement défendable face aux futures guerres de religions). 

Au siècle des Lumières, Nancy connait plusieurs phases d’embellissement. D'abord, le duc Léopold instaure vers 1710 les premiers règlements d’urbanisme, qui harmonisent les hauteurs et l’ordonnancement des façades d’immeubles. Il fait édifier de nombreux bâtiments : l’académie des beaux-arts, des hôtels particuliers, l’église primatiale (actuelle cathédrale) et l’église paroissiale Saint-Sébastien. 

Ensuite, Stanislas Leszczynski donne à Nancy son unité, en reliant la « Ville Vieille » à la « Ville Neuve » par un dispositif composé de places (place Royale ou place Stanislas actuelle, places de la Carrière et d’Alliance) et d’un axe urbain contenu entre deux nouvelles portes : Saintes-Catherine et Stanislas. 

À sa mort, la Ville devient française (1766). Nancy compte 30 000 habitants et perd définitivement ses remparts.. 

La grande évolution urbaine intervient dans la deuxième moitié du XIXe siècle, avec la réalisation de grandes infrastructures : la ligne de chemin de fer de Paris à Nancy en 1845 à l’Ouest, précédées à l’Est par la construction du canal de la Marne au Rhin de 1838 à 1852

La fin du XIXe siècle marque un tournant dans la physionomie de la ville : au sein de la ville de Charles III, le marché s’implante entre la rue Saint-Dizier et l’église Saint-Sébastien ; de grands magasins profitent pour s’installer à proximité, tout comme les grandes institutions bancaires nationales. Les rues Saint-Dizier et Saint-Jean constituent les axes principaux des activités commerciales et financières qui s’affichent alors dans des constructions à l’architecture audacieuse de la toute nouvelle École de Nancy

Après l’annexion de l’Alsace et de la Moselle par les Prussiens en 1871, Nancy se trouve alors dans une situation de ville frontière. La population doublera pour accueillir les « optants » (ou personnes désirant garder la nationalité française) et atteindra 119 000 habitants. 

De nombreuses industries s’implantent à l’Est entre la Meurthe et le Canal, et l’urbanisation se développe côté Ouest entre voies ferrées et coteaux. 

Au lendemain de la Seconde Guerre, le centre-ville est progressivement abandonné par une partie de ses habitants qui préfère les nouveaux logements collectifs plus salubres de la périphérie (quartier du Haut-du-Lièvre, Saint-Max, Vandœuvre, Jarville). 

Une politique de dynamisation va moderniser une partie du centre historique en employant la politique de la table rase. Des années 1960 à 1980, le quartier Gare / Saint-Sébastien est l’exemple même de ce qu’a pu être une rénovation urbaine d’envergure à cette époque : sur l’ancien quartier d’habitation jugé insalubre a été érigé un vaste centre commercial, tours d’habitations et d’affaires (tours Joffre/Saint Thiébault, Thiers, Saint-Sébastien, Trident), palais des congrès, tri postal…

Le quartier aujourd'hui

Ce qui frappe au premier coup d’œil, c’est évidemment le patrimoine, puisqu’ici on compte plus de 240 monuments historiques classés ou inscrits à l’inventaire national, avec un « secteur sauvegardé » de plus de 150 hectares. Au Palais Ducal et aux hôtels particuliers de la Ville Vieille répondent l’ensemble 18ème (places Stanislas, de la Carrière et d’Alliance), inscrites depuis 1983 au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, et des dizaines de bâtisses Art Nouveau et Art Déco. 

Au quotidien, le centre ville est à la fois un lieu de vie et un cœur d’agglomération, marqué par de multiples déplacements. On y trouve la gare TGV (Place de la République), pole intermodal regroupant l’ensemble des transports collectifs desservant la Métropole (urbains, suburbains, interurbains, trains), mais aussi 4 lignes structurantes « StanWay » (parmi lesquelles figurent la ligne 1 de tramway et les lignes 2 et 3 de BHNS), 15 stations VéloStan’lib, 37 km d’aménagement cyclable et 39 Km de voiries classées en zone 30. 

C’est surtout un quartier situé à la confluence de grands projets : urbanisation des Rives de Meurthe et de l’Ile de Corse à l’Est, aménagement du quartier de la Gare de Nancy Grand Cœur à l’Ouest (continuité de la « trame urbaine de Charles III » jusqu’au bord du faisceau ferré). Aussi, la Ville Neuve de Charles III se situe aujourd’hui à la charnière d’éléments importants de la métamorphose urbaine, ainsi qu’à la croisée de deux lignes structurantes de transports en commun qui la relie au reste de l’agglomération de Nancy. 

C’est aussi un lieu de villégiature, avec les parcs de la Pépinière, Charles III, Blondlot, et les jardins Godron, de la Citadelle et du Joli Cœur… et de shopping, puisque le centre  de Nancy est le premier pôle commercial de la Métropole.

En quelques chiffres

  • 23 709 habitants, soit 22 % de la population de la ville de Nancy
  • Plus d’un habitant sur deux a moins de 30 ans
  • Une concentration de grands seniors : 8 % des plus de 75 ans résident dans l’hyper-centre
  • Le quartier étudiant le plus dense du Grand Nancy (avec Brabois) avec 10 400 étudiants sur le pôle Léopold/Craffe

Les projets

  • Nancy Grand Cœur
  • Île de Corse
  • La MJC des Trois Maisons
  • La rénovation du Centre Commercial Saint Sébastien

Informations annexes au site

En complément

Les mairies de quartier