Ils font Nancy

Yolande Heitz

Area Manager depuis 2015 chez Regus, à Nancy, Yolande Heitz se dit surprise de la vitalité de l’économie nancéienne. « J’ai découvert un tissu local très dynamique, notamment dans les domaines de la santé, du digital et de l’université. Je n’avais pas senti qu’autant de business était possible ». Portrait d’une baroudeuse séduite par la cité ducale.

Publié le

Voici quelqu’un qui a su, au fil de ses différentes expériences, se construire un parcours professionnel à l’image de sa personnalité : baroudeur et déterminé.

Jeune diplômée d’école de commerce, la strasbourgeoise commence par faire ses armes professionnelles au World Trade Center, fraîchement sorti de terre dans la capitale alsacienne. Elle y travaille dix ans. En tant qu’assistante commerciale, elle organise des missions de prospection auprès des entreprises d’Afrique, des États-Unis et d’Europe. Elle part un trimestre à Los Angeles dans le cadre d’un programme d’échange. « J’ai découvert une nouvelle culture, un nouveau mode de travail, essentiellement basé sur le lobbying. A défaut d’aides publiques, il faut se faire sa place grâce à son réseau ». Yolande Heitz gardera de cette expérience le goût de la mise en relation et le virus du voyage. « À partir de là, j’ai eu envie d’utiliser mon job pour voyager ». Le virage s’amorce.

De retour en France, c’est en 1998 que Yolande Heitz rejoint Regus. L’entreprise met à disposition d’autres entreprises des espaces de travail dans le monde entier, et ne compte alors qu’une quinzaine de sites en France. « Lors de mes voyages, j’ai souvent eu besoin de pouvoir travailler dans un lieu équipé et accessible. J’ai tout de suite compris le potentiel d’un tel concept ». La perspective de travailler dans un environnement international utilisant des méthodes de travail anglo-saxonnes achève de convaincre la future recrue.

Embauchée en tant qu’Area manager, elle assure la gestion des sites de Strasbourg et de Nancy. Ouvert début 2015, il propose 800 m2 de bureaux et d’espace de coworking dans les murs de la gare routière de Nancy.

« Il s’agit d’un Regus Express, issu d’un partenariat avec la SNCF. Nous avons pour cœur de cible les professionnels qui voyagent, mais aussi les startups et sociétés en recherche de bureaux ou d’un siège en province ». Sa mission ? Assurer le développement commercial et marketing, conduire les activités opérationnelles et la profitabilité des trois sites de Strasbourg et Nancy. « C’est une grosse casquette ».

Yolande Heitz s’avoue surprise de la vitalité de l’économie nancéienne. « J’ai découvert un tissu local très riche et très dynamique, notamment dans les domaines de la santé, du digital et de l’universitaire. Je n’avais pas senti qu’autant de business était possible ». Pour mener à bien sa mission, elle passe deux jours par semaine à Nancy, qu’elle ne considère pas uniquement comme un agréable pied-à-terre.

La Place Stanislas est une merveille. Mais je suis surtout frappée par la facilité de la mise en relation. Je peux compter, dans l’exercice de ma mission, sur de nombreux facilitateurs.

En immersion depuis près de deux ans, Madame Heitz pose un œil aiguisé sur sa ville d’adoption et voit dans Regus une réponse aux enjeux auxquels les professionnels ont à faire face. «  Nancy est une ville au passé très industriel, en pleine mutation. Elle a commencé à se repositionner sur le tertiaire et la recherche. Les nouveaux entrepreneurs trouvent chez nous le moyen d’optimiser leurs coûts et espaces et d’être rapidement opérationnels ».

Si Yolande Heitz fréquente aujourd’hui davantage le TER que l’avion, elle continue à voyager pour son travail, mais par procuration. «  Regus compte 3000 sites dans le monde, une présence qui permet aux entreprises domiciliées chez nous de bénéficier d’une visibilité à l’international… et à moi-même d’être en contact avec la terre entière !». À ses (rares) heures perdues, elle embarque, le sac au dos. Prochaine destination ? Le Vietnam.

Informations annexes au site