Ils font Nancy, Artiste

Music Academy International : 20 ans, droit devant!

Deux décennies déjà que la M.A.I. (Music Academy International) forme les musiciens, chanteurs et assistants de production de demain. Un anniversaire fêté à L’Autre Canal le 20 mai 2017, annonciateur, pour cet acteur majeur du rayonnement national de Nancy, de lendemains fertiles.

Publié le

Raconter l’histoire de la M.A.I., c’est plonger dans celle de Jean-Pierre Douche, alias Barney (pour Barney Bigard, clarinettiste d’Armstrong).

Originaire de Bar-le-Duc, il s’installe à Nancy à la fin des années 70 pour entamer des études de psychologie. Davantage mélomane que dédié à la cause de Freud, le soixante-huitard fonde, avec d’autres passionnés de jazz, la NAJA (Nancy Jazz Action)… avant d’ouvrir, en 1985, le Centre musical créatif de Nancy. Les élèves s’y pressent, venus de tout le Grand Est et des pays frontaliers.

En 1989, l’équipe lance un parcours professionnalisant en musiques actuelles, alors même que l’effondrement de la sidérurgie et de la métallurgie lorraines attise les désirs de reconversion. L’école s’ouvre alors au rock, au métal… mais s’effondrera en 1996, coulée par la mauvaise gestion de prestataires extérieurs. Elle renaît dans les anciens locaux d’Auto Industrie de l’Est en tant que MAI. L’offre de parcours s’étoffe et avec elle, la renommée de l’établissement. En 2007, il intègre le Berklee International Network, qui regroupe une vingtaine d’écoles prestigieuses du monde entier.

Lilian Renaud, Megadeth et les Grammy Awards

La M.A.I. compte aujourd’hui 180 élèves, tous cursus confondus, dont 70% environ deviendront professionnels. Positionnée en « maquette de la vie réelle », la MAI assure aux jeunes talents un accompagnement par des professeurs aux qualités artistiques et pédagogiques éprouvées, à l’enseignement associant polyvalence, créativité et sens des réalités. « La MAI prépare l’après MAI », résume Barney, qui avoue ressentir « autant de satisfaction à voir Lilian Renaud gagner The Voice ou Dick Verbeuren jouer avec Megadeth sur la scène des Grammy Awards (ndlr : tous deux anciens élèves de la MAI), qu’un jeune amateur optimiser sa pratique lors d’un stage estival ».

Récemment, l’école a lancé la bourse M.A.I., une opération de mécénat consistant à faire parrainer un jeune talent par un industriel. Une action soutenue par Laurent Villeroy de Galhau, conseiller délégué à la culture et Président des anciens élèves. « Les industriels et bailleurs sociaux sont bluffés par la qualité de l’enseignement, des artistes et des élèves, mais il demeure un décalage important entre ce qu’est la MAI et sa notoriété au niveau local. Rapprocher la MAI de l’entreprise vise à ancrer ce sentiment de solidarité territoriale dans une optique de rayonnement territorial ». Car l’élu en est convaincu, la MAI d’aujourd’hui n’a rien à voir avec ce qu’elle sera demain.

Cette école bénéficie d’un potentiel de développement à l’international exceptionnel. Atout de rayonnement, de visibilité, elle doit plus que jamais, dans son intérêt comme dans celui de Nancy, ville de culture, mettre au service de l’attractivité territoriale son esprit créatif, familial mais en même temps d’extrême sérieux

Informations annexes au site