École de Nancy

A la charnière du XIXe et du XXe siècle, Nancy devient la capitale française de l’Art Nouveau.

À la fin du XIXe siècle, un mouvement artistique en rupture avec les styles historicistes et en réaction à l’appauvrissement des formes dû à l’ère industrielle, se répand en Europe. Il s’agit de l'Art nouveau.

Cet art, qualifié d’art total, concerne tous les objets du quotidien, qu’il s’agisse d’une pièce unique ou d’une production en série, d’un élément décoratif ou structurel.

À Nancy, un contexte historique particulier favorise son émergence. En 1870, l’Allemagne annexe l’Alsace et accueille une immigration massive composée d’artistes, industriels et d’une main-d’œuvre qualifiée. Devenue la ville frontière, Nancy connaît un dynamisme propice au développement du plus important foyer de l’Art nouveau en France.

Parmi les artistes les plus connus, Émile Gallé, Louis Majorelle, Antonin Daum, Victor Prouvé, Jacques Gruber et Eugène Vallin participent à cette rénovation artistique. La nature, animale ou végétale, est leur principale source d’inspiration proposant des formes et des décors totalement renouvelés.

En 1901, Émile Gallé dépose les statuts de l’association intitulée «École de Nancy» ou «Alliance Provinciale des Industries d'Art». L’objectif principal est de développer l’enseignement artistique en résonance avec les activités industrielles locales. Tous les domaines sont concernés : verre, faïence, textile, cuir, bois, métal,…

Les artistes travaillent souvent ensemble, en collaborant à des projets architecturaux comme ceux de  Lucien Weissenburger ou d'Émile André.

Aujourd’hui, Nancy concentre encore plus d’une centaine de constructions. Ce sont banques, boutiques, chambre de commerce, immeubles ou villas privés qui témoignent de cette riche et libre période artistique.

Le musée de l'École de Nancy, installé dans la propriété du mécène et collectionneur, Eugène Corbin, récrée une atmosphère 1900. Une place importante y est réservée à Émile Gallé et aux autres acteurs de ce mouvement artistique.

La Villa Majorelle, maison de l’ébéniste Louis Majorelle et œuvre de l’architecte Henri Sauvage, témoigne de la notion d’unité de l’art ambitionnée par l’Art nouveau.

Le musée des Beaux-arts, outre les peintures d'Émile Friant ou de Victor Prouvé, propose de découvrir la collection de 300 verreries Daum.

D’autres villes en Europe connaissent le même épanouissement artistique que Nancy au contact de l’Art nouveau. Certaines de ces villes se sont réunies au sein de ce Réseau Art nouveau. Depuis 1999, année dédiée à l'École de Nancy, La Ville de Nancy est membre du Réseau Art nouveau Network. Ce réseau  rassemble des villes possédant un riche patrimoine Art nouveau et désireuses de travailler ensemble pour la mise en valeur et la protection de ce patrimoine international.

 

 

Informations annexes au site